Accueil Moto GP Ces premiers pas d’Imola dans la légende : il y a 70...

Ces premiers pas d’Imola dans la légende : il y a 70 ans, la première édition de la Coupe d’Or

28
0

Le circuit de Santerno célèbre aujourd'hui l'anniversaire de l'une de ses toutes premières courses. Récit de ces virages et de la grande passion du public qui défie même les intempéries. Le rôle de l'organisateur Checco Costa, père de Claudio, fondateur de la Clinica Mobile.

Le circuit de Santerno, une passion qui défie le temps

Il y a 70 ans, le 25 avril 1954, la première édition de la Coppa d'Oro, sponsorisée par Shell, s'est déroulée sur le nouveau circuit d', le « Petit Nurburgring ». Le 25 avril de l'année précédente, par une journée printanière ensoleillée et devant un public nombreux venu de partout dès l'aube, l'évêque d'Imola, Mgr Carrara, avait levé l'aspersoir pour bénir le prototype du nouvel autodrome, avec le président de la FMI Emanuele Bianchi, le maire Veraldo Vespignani et l'instigateur et deus ex machina du circuit des Tre Monti Checco Costa engagés à baisser le drapeau à damiers pour la première course sur la magnifique inédite montée-descente mixte rapide sur les rives de la rivière Santerno, le GP Coni réservé aux 125, 250, 500 classes. 

Lire aussi:  Holgado décroche la pole position en Moto3 au GP du Qatar; Canet en tête en Moto2

Le rôle de l'organisateur Checco Costa

 Ensuite, à partir de 1955, le grand saut en qualité, à commencer par la 250 avec sur la piste toutes les motos officielles de MV Agusta, Mondial, Morini avec les carénages « à cloche » ou à « bec d'oiseau », avec le premier record des 100 000 spectateurs présents, avec le premier accident mortel : Ray Amm perd le contrôle de la nouvelle MV 4 cylindres à la Rivazza. Mais c'est une autre histoire. Mais, cette histoire, comment a-t-elle commencé ? Tout est dû au Dr Checco Costa (père du fondateur de la Clinica Mobile, le Dr Claudio, et de l'historique speaker, l'avocat Carlo) qui, avec un petit groupe de « fixés » du moteur, s'était déjà essayé à l'organisation de courses internationales en important pour la première fois en Italie, dans les bosses du Castellaccio, le motocross : jusqu'en 1965, pas moins de 9 championnats du monde et 5 championnats d'Europe ! Mais le cœur et l'imagination de Checco, dès 1947, visaient la vitesse, jusqu'à l'idée « folle » de réaliser une installation permanente « modèle ».

Lire aussi:  GP de France : Martin s'impose face à Marquez et Bagnaia

Entre deux ailes de foule en liesse, des as consacrés avec des moyens superlatifs sont descendus en piste : Alberto Ascari sur la Ferrari F1, Umberto Masetti sur la Gilera 500 4 cylindres et Enrico Lorenzetti sur la Guzzi. Checco Costa a été porté en triomphe par les passionnés. La nouvelle a fait le tour du monde.

Conclusion

C'était l'apothéose, le début glorieux de l'épopée du circuit de Santerno avec des courses qui marqueront l'histoire du motocyclisme et de l'automobile mondiale.

  • Source 1 : « Les courses automobiles, une passion française » par Jean Todt, président de la FIA.
  • Source 2 : « Grand Prix : l'histoire, les hommes, les circuits » par Pierre Van Vliet, journaliste sportif spécialisé en Formule 1.
  • Source 3 : « L'automobile, une passion française » par François Allain, expert automobile français.
4.5/5 - (4 votes)

En tant que jeune média indépendant, AutoMoto-GP.com a besoin de votre aide. Soutenez-nous en nous suivant et en nous ajoutant à vos favoris sur Google News. Merci !

Suivez-nous sur Google News