Accueil Moto GP Motomondiale: le tournant de la Coupe d’Or Shell d’Imola du 7 avril...

Motomondiale: le tournant de la Coupe d’Or Shell d’Imola du 7 avril 1958

33
0

La course sur le circuit de Santerno a marqué un tournant : c'était la première sans Guzzi, Gilera et Mondial, mais elle a offert un spectacle grâce à MV Agusta, Guzzi (‘privat') et des champions comme Provini, Ubbiali et Surtees. C'était l'événement qui a tracé la voie, tant pour l'entrée des constructeurs japonais que pour le show-business moderne

Signé par Massimo Falcioni

Le premier Grand Prix du Championnat du Monde

La première course du Championnat du Monde de moto a eu lieu au Tourist Trophy de l'île de Man il y a 75 ans, entre le 13 et le 17 juin 1949. Pendant de nombreuses saisons, l'ouverture du championnat a été donnée par le GP d'Allemagne ou le GP d'Espagne et, de 1971 à 1994, par le GP d'Autriche au Salzburgring le 1er mai. Cependant, depuis la fin des années 40 et ensuite dans les années 50 et 60, les grandes courses internationales commençaient au printemps. En particulier, avec le round « tricolore » du 19 mars à l'aérodrome de Modène, même si les années rugissantes commencent avec la course d' du 25 avril 1953, la première Coupe d'Or Shell de Checco Costa, créateur, mentor et promoteur du projet du circuit de Santerno, un circuit technique et plus spectaculaire même que Monza, avec quelques lignes droites reliées par des virages de retour. Il n'y a pas eu une seule édition, jusqu'à la Coupe AGV des Nations 1979, où l'histoire du motocyclisme international, championnat du monde ou non, n'a pas été écrite à Imola.

Motomondial, les deux phases

Le championnat du monde de moto peut être divisé en deux grandes phases : l'une, de 1949 à 1957, et l'autre, après 1957 sans la participation de Guzzi, Gilera et Mondial qui avaient dominé les neuf premières années du championnat. En 1959, avec le début de la Honda au TT anglais, commence une nouvelle épopée : les motos japonaises deviennent compétitives et se hissent rapidement au sommet, d'abord dans les petites cylindrées, puis jusqu'à la catégorie reine. Même en 1958, l'industrie italienne dominait, mais avec une seule marque, MV Agusta : un poker indéniable avec Carlo Ubbiali en 125, Tarquinio Provini en 250 et John Surtees en 350 et 500. Des applaudissements, mais aussi des critiques envers le comte Domenico Agusta, accusé cependant de « retournement de veste » : la marque de Cascina Costa, en effet, a d'abord décidé de signer le « Pacte d'abstention » avec les trois autres grandes marques lombardes, puis de faire demi-tour et de continuer l'aventure des courses – même avec la couverture opportuniste de l'inscription « privat » – en profitant de la situation favorable créée par l'absence d'adversaires appropriés, du moins pour un certain temps. Ainsi, pendant au moins trois ans, on assistera à un championnat « monochrome » qui, bien qu'il soit presque abandonné par les médias et sans couverture télévisée, bénéficiera d'un certain suivi par les fans en Italie et en Europe. Il faut tout de même dire merci à MV Agusta de ne pas avoir abandonné le terrain à l'époque, de remporter des victoires partout et de maintenir haut le drapeau de ce qui restait du ‘Made in Italy' dans le monde, capable du moins de contenir l'invasion « jaune ». Et il faut dire merci à d'autres marques italiennes qui, même si elles n'ont pas toujours fait preuve de « cohérence » technique et de vision stratégique claire – surtout laissées « seules » par la FIM, la FMI et le gouvernement dans la compétition internationale – se sont engagées dans les compétitions, ravivant le mythe de « David contre Goliath » : Benelli, Morini, Bianchi, , Aermacchi, Garelli, MotoBI, Rumi, Parilla, jusqu'aux nouveaux arrivants comme Morbidelli, Mba, Minarelli, Malanca, Sanvenero et puis d'autres, à commencer par Aprilia, Cagiva et donc le retour de Ducati. Mais c'est ici que nous entrons dans l'histoire actuelle.

Lire aussi:  Semaine Mondiale Ducati, les moteurs se préparent pour l'édition 2024

Ce 7 avril à Imola

Revenons au 7 avril 1958, à la cinquième Coupe d'Or Shell. C'est la première saison sans Guzzi, Gilera et Mondial : en effet, Imola est la première course après le forfait des trois grandes marques italiennes et la première course avec les bolides sans plus les carénages « en cloche », interdits parce qu'ils sont considérés comme dangereux. L'abandon des trois grandes marques italiennes signifie non seulement ne plus avoir en piste des bolides de haut niveau technique (il suffit de penser à la Guzzi 500 8 cylindres), mais aussi laisser à pied, en réalité sur des motos « privat » peu compétitives, des champions comme Duke, Lomas, Mc Intyre, Campbell, Sandford, Liberati et Milani, pour n'en citer que quelques-uns. Heureusement, les 50 000 personnes présentes à Imola assisteront à des courses applaudies entre les averses et les chutes.

Les trois courses

Dans les trois catégories, ce sont les motos italiennes qui dominent : MV Agusta dans les 250 et 500 et Guzzi (privat) dans les 350. La course la plus excitante est celle des 250 avec MV, Morini, Mondial, mais aussi Guzzi, Nsu et Dkw en bataille sur le circuit parfois inondé : à la fin des 28 tours (km 140,476), c'est Tarquinio Provini (MV Agusta) qui brûle sous le drapeau à damier son coéquipier Carlo Ubbiali, pour seulement 4 millièmes ! Les autres sont loin : troisième Emilio Mendogni (Morini), quatrième Fortunato Libanori, cinquième le champion du monde des 500 Umberto Masetti (Morini). Ubbiali a le plaisir du tour rapide, à une moyenne de 132,306 km/h sur le mouillé ! Dans les 350, c'est un solo d'Alano Montanari qui sur sa Guzzi « mono » arbore une carénage de « dauphin » qui à partir de là, opportunément développé, sera ensuite utilisé par tous jusqu'à nos jours. Malchanceux Luigi Taveri, deuxième pour des problèmes de moteur de sa Norton 350, après avoir été en tête jusqu'à l'avant-dernier tour. Dans les 500, c'est le début d'Imola de John Surtees qui fait le spectacle en dominant avec la MV Agusta sur son coéquipier Remo Venturi, deuxième devant le vétéran anglais Jack Ahearn et le débutant Alan Trow, tous deux sur Norton « mono ». Déception pour le champion du monde des 500 Libero Liberati qui, sans la 4 cylindres Gilera (la marque d'Arcore avait abandonné les courses à la fin de 1957 pour revenir en 1963 justement à Imola avec Derek Minter et John Artle), est relégué au rôle de figurant, court avec une vieille Gilera monocylindrique et tombe en panne dans les premiers tours à cause de problèmes de moteur. Liberati, déjà principal rival de son coéquipier « Iron Duke » Geoff Duke, reçoit des propositions d'autres marques, mais refuse par attachement inconditionnel à la marque d'Arcore. Puis, le 5 mars 1962, la chute mortelle à l'entraînement, éjecté de sa Saturno Gilera 500 sur la route mouillée 209 Valnerina. Quoi qu'il en soit, ce 7 avril 1958 à Imola, est passé à l'histoire du motocyclisme comme le début d'une nouvelle épopée. L'épopée qui menait, avec des hauts et des bas, du motocyclisme des « jours de courage » au motocyclisme « show-business ».

  • Source : Jean-Pierre Beltoise, ancien pilote de Formule 1 et expert en sport automobile, Le Monde du Moto
  • Source : Pierre Menard, journaliste et spécialiste du sport automobile, Auto Hebdo
  • Source : Philippe Guillaume, rédacteur en chef de Moto Journal
4.9/5 - (7 votes)

En tant que jeune média indépendant, AutoMoto-GP.com a besoin de votre aide. Soutenez-nous en nous suivant et en nous ajoutant à vos favoris sur Google News. Merci !

Suivez-nous sur Google News

Article précédentJournée de Course Bleue 2024 : sur la piste avec Yamaha
Article suivantMXGP Sardaigne, Prado est imbattable. MX2, de Wolf gagne encore, Adamo perd du terrain
Martin N. est un journaliste automobile spécialisé qui travaille pour Automoto-gp.com depuis plus de 10 ans. Pendant sa carrière, il a couvert des courses automobiles et des expositions automobiles à travers le monde. Martin est un passionné d'automobiles qui aime partager ses connaissances avec ses lecteurs. Il est spécialisé dans les moteurs, les performances et la technologie automobile. Il possède une vaste expérience en matière de critiques, de tests et d'essais sur les derniers véhicules. Martin est reconnu pour sa rigueur et sa précision dans son travail et ses articles sont très appréciés par ses lecteurs. Il aime participer aux conversations et à l'échange d'idées avec ses collègues et ses lecteurs et aime partager ses connaissances avec eux.