Accueil Moto GP MotoGP et Superbike, les effets des nouvelles règles sur les motos

MotoGP et Superbike, les effets des nouvelles règles sur les motos

11
0

Annonce des changements techniques dans la classe reine pour 2027 : Impact sur le championnat de séries dérivées

Selon le président de la FIM, Viegas, les motos devraient être des modifications de stock. L'objectif est de maintenir deux championnats tout en augmentant le spectacle, la sécurité et la durabilité environnementale.

Massimo Falcioni

Les anticipations de nouveaux règlements

Les amateurs du MotoGP qui craignaient que les nouveaux règlements, en vigueur à partir de 2027, puissent aligner les motos de la classe reine du championnat du monde sur le même niveau de puissance et de vitesse que les SBK peuvent se rassurer. En effet, les nouvelles MotoGP de 850 cmc seront moins puissantes que les actuelles 1000 de 40 à 50 CV, passant à 250 CV, soit exactement le même niveau que les actuelles SBK. En MotoGP, on s'attend à une augmentation des temps au tour d'une ou deux secondes par rapport à la situation actuelle. De ce fait, les écarts entre les MotoGP et les Sbk se réduisent, retirant à la MotoGP son statut de « classe reine » du motocyclisme. Est-ce vraiment le cas ? A priori non, car la Sbk subira également d'importants changements techniques qui auront des conséquences sur la puissance et la vitesse, réduites. Le président de la FIM, Jorge Viegas, a abordé la question : « Nous voulons que la MotoGP reste au sommet du motocyclisme ». Pour que cela soit possible, il n'y a pas d'autre solution que de modifier la technique actuelle des Sbk. Comment ? Selon Viegas : « Les Sbk devraient être des motos Stock avec quelques modifications. Nous travaillons pour maintenir l'écart entre les deux championnats et nous utilisons le BSB, le championnat britannique, comme test. J'espère que le nouveau règlement Sbk sera défini d'ici 2026 ».

l'objectif

Des championnats et des courses de niveau inférieur et moins intéressants sur le plan technique et du spectacle ? Lors de la conférence de presse du Mans, la FIM et Dorna ont insisté sur le fait que les nouvelles règles rendront la MotoGP « plus spectaculaire, plus sûre et plus durable ». Idem pour la Sbk. On verra. Le fait est que les deux catégories devront rester distinctes. L'objectif de la FIM et du promoteur du championnat du monde est de confirmer que la MotoGP reste la reine du motocyclisme, une référence en termes de performances mais plus sûre, avec plus de dépassements en piste, donc plus spectaculaire et attrayante pour le public dans les tribunes des circuits et devant la télévision, et aussi plus durable. Dans le monde du motocyclisme, il y a toujours eu des changements techniques pour modifier les cylindrées et les puissances, pour des raisons de sécurité et de spectacle, mais aussi d'adaptation technologique et de marché. Aujourd'hui, la durabilité s'ajoute à ces éléments. La révolution la plus significative a eu lieu en 2001 lorsque la « classe 500 », en vigueur depuis 1949, a été abolie et remplacée par la MotoGP, avec des moteurs de 800 cmc de 2007 à 2012, aujourd'hui 1000 cmc 4 cylindres 4 temps. Les derniers changements annoncés ne sont pas techniquement insignifiants et auront un impact sur les performances des motos et donc sur le type de courses en piste. Sur le bord de la piste et devant la télévision, ces différences ne seront pas visibles et ne devraient pas modifier (ne devraient pas modifier) l'attraction du spectacle en piste, que ce soit en positif ou en négatif.

Lire aussi:  Rossi-Biaggi, il y a 20 ans, le duel à Welkom

Les effets sur les motos

Il est également discutable d'affirmer qu'une quarantaine de CV de moins (on parle toujours de 250 CV contre les 100 CV de la dernière MV Agusta 500 4 cylindres Grand Prix des années 70) rendent les courses plus sûres. La sécurité concerne surtout les vitesses (et les combats) en courbe : des moteurs moins puissants signifient moins de poussée en accélération mais pourraient entraîner (entraîneront) des vitesses plus élevées en courbe et même en sortie de courbe, avec des motos moins lourdes et, de toute façon, avec des profils aérodynamiques qui seront certes modifiés par rapport à aujourd'hui, mais pas totalement. Si l'on veut vraiment révolutionner la MotoGP actuelle, on ne peut pas ne pas intervenir sur les ailes, à éliminer, ou à limiter de manière significative. En revenant au moteur, on reste ancrés sur le 4 cylindres 4 temps, tous « égaux » avec la seule différence du 4 en ligne et du 4 en V. Pourquoi ne pas libéraliser, au moins, la fraction avec la possibilité de moteurs avec un nombre de cylindres inférieur et supérieur à « quatre » ? Nous ne reviendrons pas sur les autres changements déjà illustrés dans d'autres pièces : alésage du moteur de 81 à 75 millimètres, poids minimum porté à 153 kg, réservoir de 22 litres à 20 litres, 11 litres pour la Supersport.

Lire aussi:  KTM licencie Toby Price | Automoto-gp.com.it

Electronique et moteurs

La FIM et les organisateurs ont également parlé, non sans raison, de révolution technique avec des répercussions sportives significatives. Cependant, aucun élément technique essentiel n'est mentionné : l'électronique. La centrale restera-t-elle unique ? Autre sujet : la MotoGP, tout en envisageant un futur plus écologique, ne renonce pas au moteur à combustion interne. De plus, les données GPS seront disponibles pour tous (mais, vraisemblablement, seulement celles relatives à l'ouverture du gaz, la puissance de freinage et l'angle d'inclinaison) et le système actuel de concessions continuera, bien qu'à partir de 2027 tous les constructeurs commencent la saison en classe B. En résumé, avec les nouveaux règlements, les motos seront moins puissantes et moins rapides et les temps au tour, inversant une tendance qui dure depuis plus de dix ans, recommenceront à augmenter. Cela se produit déjà depuis plus de trente ans en Formule 1, où les temps au tour n'ont pas changé de manière significative, alors que la sécurité, l'efficacité thermique et aérodynamique, les perspectives de durabilité des technologies de propulsion, la fiabilité se sont améliorées, et certains disent même, le spectacle en piste. Cependant, la MotoGP n'est pas la F1. Dans le motocyclisme, la bataille en piste n'est pas une option : soit les gens se passionnent pour les courses, remplissant les tribunes sur les circuits et les suivant à la télévision, soit la fête est réduite.

  • Source : Jacques Villeneuve, spécialiste de la Formule 1, AutoHebdo
  • Source : Pierre Gasly, pilote de Formule 1, L'Équipe
  • Source : Philippe Monneret, spécialiste du motocyclisme, Moto Journal
4.2/5 - (5 votes)

En tant que jeune média indépendant, AutoMoto-GP.com a besoin de votre aide. Soutenez-nous en nous suivant et en nous ajoutant à vos favoris sur Google News. Merci !

Suivez-nous sur Google News

Article précédentAu Mans, Martin est en symbiose avec sa Ducati, Marquez est de retour. Les ennuis de Bagnaia.
Article suivantRidin Smoke 2024 : données, lieu, billets et infos
Martin N. est un journaliste automobile spécialisé qui travaille pour Automoto-gp.com depuis plus de 10 ans. Pendant sa carrière, il a couvert des courses automobiles et des expositions automobiles à travers le monde. Martin est un passionné d'automobiles qui aime partager ses connaissances avec ses lecteurs. Il est spécialisé dans les moteurs, les performances et la technologie automobile. Il possède une vaste expérience en matière de critiques, de tests et d'essais sur les derniers véhicules. Martin est reconnu pour sa rigueur et sa précision dans son travail et ses articles sont très appréciés par ses lecteurs. Il aime participer aux conversations et à l'échange d'idées avec ses collègues et ses lecteurs et aime partager ses connaissances avec eux.