Accueil Moto GP Le Championnat du Monde de Moto fête ses 75 ans : les...

Le Championnat du Monde de Moto fête ses 75 ans : les débuts, les héros et cette Italie en vedette

27
0

Retraçons l'histoire de la catégorie qui reprend ce week-end au . Les premières courses de 1949 ont accompagné la reconstruction après la Seconde Guerre mondiale, avec nos pilotes et nos équipes toujours en première ligne

Massimo Falcioni

Ce n'est pas la , comme on l'écrit et le dit ici et là, qui fêtera ses 75 ans en 2024, mais le Motomondiale. La MotoGP a débuté en 2002 avec des moteurs de 989 cmc quatre temps (depuis 2007, la cylindrée a été réduite à 799 cmc avec l'exclusion des moteurs 2 temps, et depuis 2012, la cylindrée est de 1000 cmc), remplaçant la précédente « classe reine », la 500 Grand Prix avec des moteurs 2 et 4 temps, monocylindriques et multicilindriques. Les échos tragiques de la Seconde Guerre mondiale résonnent encore dans le monde lorsque le Motomondiale commence en 1949, le 13 juin, avec la course du Junior TT sur le circuit routier de l'île de Man (un tour de 60,703 km !) sur lequel se disputeront également le Lightweight et le Senior TT jusqu'au 17 juin. En Europe, et en particulier en , dès l'automne 1945, les premières courses nationales de ont eu lieu sur des circuits improvisés dans des villes semi-détruites par les bombardements. 

Les motos étaient toutes celles d'avant-guerre, les coureurs portaient un casque militaire et des combinaisons utilisées par les marins ou les pilotes de chasseurs bombardiers. Des circuits remplis de gens qui arrivent à pied, sur des vélos bricolés sans pneus, sur des ânes et des chevaux. Peu de spectateurs ont des chaussures, beaucoup portent des sabots en bois, beaucoup sont pieds nus. Les courses de moto, comme celles de voiture et plus généralement tous les sports, donnent un élan à la renaissance, partout. Les vélos à moteur, les cyclomoteurs et les scooters contribuent en particulier à la reprise de la nation, de tout le continent. Quel chemin a été parcouru depuis lors ! Combien de courses, combien de pilotes, combien de motos et combien d'évolution dans un monde totalement changé. 

Laissons parler les chiffres : en 75 ans, 126 champions du monde (Giacomo Agostini number one, roi, voire empereur, avec 15 couronnes mondiales, suivi par Angel Nieto, 12 + 1, Mike Hailwood, Valentino Rossi et Carlo Ubbiali, 9) et 399 pilotes qui ont remporté des GP. Le 400ème arrivera en 2024, lors du GP d'ouverture de ce week-end. Quelles équipes ont le plus gagné dans le monde ? Honda est en tête avec 821 GP remportés dans toutes les classes. Viennent ensuite Yamaha (avec 520 victoires), Aprilia (297), MV Agusta (275) et Kalex (176). Le Japon d'abord, puis l'Italie. Et les pays les plus victorieux ? Trente nationalités ont remporté des victoires dans le championnat du monde. L'Italie est en première place avec ses 888 succès, suivie de l'Espagne avec 722. Et 30 sont également les pays qui ont accueilli le championnat du monde : le dernier a été l'Inde, avec le Buddh International Circuit qui a fait ses débuts au calendrier en 2023. En 2024, avec l'entrée du Kazakhstan, ils seront 31.

Lire aussi:  SBK 2024: Dodge devient la voiture officielle et la voiture de sécurité du Superbike

Dans ce premier championnat du monde de 1949, les Italiens deviendront protagonistes deux semaines après le round d'ouverture au TT, lors du deuxième round du championnat en Suisse dans la forêt de Bremgarten (le même jour, les monoplaces courront également, qui deviendront le championnat du monde de F1 à partir de 1950), en dominant la 250 avec le Véronais Bruno Ruffo (Guzzi Gambalunghino) – grande bataille avec le Cesenate Ambrosini sur Benelli, grand deuxième devant Fergus Anderson sur Guzzi) et la 125 entièrement tricolore, avec Nello Pagani (Mondial) sur la plus haute marche du podium. Graham domine sur la bicilindrica AJS « porcupine » vainement contestée par Arciso Artesiani (Gilera), Harold Daniel (Norton), Pagani (Gilera), Frith (Velocette) Gianni Leoni (Guzzi). Dans la 350, la Velocette est en tête avec Frith, suivie par trois Ajs (Graham, Doran, Amstrong). Le championnat du monde se poursuivra le 9 juillet (GP des Pays-Bas, Assen) avec une magnifique double victoire de Nello Pagani (Gilera) dans la 500 – avec Artesiani en troisième position – et dans la 125 (Mondial) avec Ubbiali 3ème sur MV. Mauvais résultats pour les Italiens au GP de Belgique à Spa le 17 juillet et le 20 août à l'Ulster. Puis, le 4 septembre à Monza, la revanche tricolore avec les victoires de Pagani (500), Ambrosini (250), Leoni (125) et Frigerio (side). À la fin, les premiers champions du Monde sont : Graham (A.J.S.) dans la 500, Freddie Frith (Velocette) dans la 350), Bruno Ruffo (Guzzi) dans la 250, Nello Pagani (Mondial) dans la 125, Oliver/Jenkinson (Norton) dans les sidecars. De nombreux accidents, dont certains mortels.

Les Italiens sont là, protagonistes en tant que pilotes et en tant que motos. Mais les adversaires ne manquent pas : parmi les pilotes, Graham, Amstrong, Doran, Anderson, Frith, Wood, Foster, Bell et une foule de jeunes lions – comme Duke, Amm, Sandford, Lomas – qui se feront bientôt valoir, contestés par nos Masetti, Pagani, Artesiani, Balzarotti, Milani, Lorenzetti, Ruffo, Ambrosini, Ubbiali, Leoni, Alberti, Liberati et bien d'autres, dont beaucoup rencontreront prématurément en course la faux de la « déesse aveugle ». Dans ce premier championnat du monde, sur le plan technique, il y a l'interdiction de l'utilisation des moteurs avec compresseur et des carburants spéciaux. L'industrie anglaise, allemande et même française se relève bien du tsunami de guerre : AJS (avec un bicylindre parallèle revisité après avoir été conçu pour l'utilisation du compresseur), Triumph, BSA, Velocette et surtout Norton (relançant son monocylindre 500) se montrent tout de suite à la hauteur. Les équipes italiennes ne lâchent pas : Guzzi ressort le bicylindre d'avant-guerre (puis révolutionnera les courses avec des réalisations audacieuses jusqu'à la 500 8 cylindres). Gilera, contrainte par les règlements à laisser au placard la puissante 4 cylindres suralimentée, ne se présentera qu'à la fin de la saison à Monza avec un nouveau propulseur qui fera déjà des merveilles en 1950 en remportant le championnat du monde 500 avec Masetti. Le magnifique Bianchi 500 4 cylindres suralimenté est également au musée. Guzzi, Gilera, Bianchi, Mv Agusta se remettront vite tandis que dans les autres cylindrées Guzzi, Benelli, Mondial, Morini, sont tout de suite les motos à battre. Les courses ont bien sûr commencé bien avant 1949, dès la fin du 19ème siècle, évoluant de pair, ou anticipant, avec l'évolution de la production en série. Les constructeurs de motos – idem pour ceux de voitures – avaient besoin de faire connaître leur nouveau moyen de transport à deux roues et les courses étaient l'outil idéal, utile également comme banc d'essai technique probant.

Lire aussi:  MotoGP Qatar, les mots des pilotes. Bagnaia : "Je voulais prendre le contrôle immédiatement"

La première véritable course internationale a été celle de 1904 au Parc des Princes à Paris, réservée aux 250 (dépassant les 75 Km/h !). Ainsi naissait l'épopée du motocyclisme des « pionniers » avec les pilotes italiens (Calvi, Nazzaro, Appiani, Gnesa, Fieschi, Ruggeri, Garelli, Gilera, puis Brilli Peri, Maffeis, Nazzaro, Sandri, Ghersi, Nuvolari, Varzi, Tonino Benelli, Dorino Serafini etc.) et les équipes italiennes (Garelli, Bianchi, Frera, Della Ferrera, Galloni, Gilera, Guzzi, puis Benelli etc.) en première ligne. Puis les courses s'orienteront entre les deux guerres mondiales vers de grands championnats (le « tricolore » était vraiment un pré-mondial) et le championnat d'Europe (disputé jusqu'en 1939 avec le triomphe dans la 500 de l'inoubliable Dorino Serafini de Pesaro sur la Gilera officielle 4 cylindres avec compresseur) qui était exactement l'antécédent du Motomondiale, qui a commencé – justement – en 1949. Aujourd'hui, la MotoGP est un sport show-business mondial parmi les plus significatifs sur le plan technique et parmi les plus importants sur le plan du show-business.

  • Source 1 : Bruno Deprato, journaliste spécialiste du sport automobile et moto chez Auto Hebdo
  • Source 2 : Jean-Louis Bernardeau, expert du sport moto et ancien rédacteur en chef de Moto Journal
  • Source 3 : Patrick Pons, ancien pilote de moto et consultant pour Eurosport
  • 4.9/5 - (9 votes)

    En tant que jeune média indépendant, AutoMoto-GP.com a besoin de votre aide. Soutenez-nous en nous suivant et en nous ajoutant à vos favoris sur Google News. Merci !

    Suivez-nous sur Google News

    Article précédentSportweek, supplément spécial sur le Championnat du Monde de Moto
    Article suivantMotoGP Qatar : Suivez en direct les essais libres à Losail
    Martin N. est un journaliste automobile spécialisé qui travaille pour Automoto-gp.com depuis plus de 10 ans. Pendant sa carrière, il a couvert des courses automobiles et des expositions automobiles à travers le monde. Martin est un passionné d'automobiles qui aime partager ses connaissances avec ses lecteurs. Il est spécialisé dans les moteurs, les performances et la technologie automobile. Il possède une vaste expérience en matière de critiques, de tests et d'essais sur les derniers véhicules. Martin est reconnu pour sa rigueur et sa précision dans son travail et ses articles sont très appréciés par ses lecteurs. Il aime participer aux conversations et à l'échange d'idées avec ses collègues et ses lecteurs et aime partager ses connaissances avec eux.