Accueil Formule 1 TREMAYNE : L’avantage a-t-il tourné en faveur de Red Bull après le...

TREMAYNE : L’avantage a-t-il tourné en faveur de Red Bull après le Grand Prix d’Émilie-Romagne ?

166
0

Après tous les débats des trois premières courses, et maintenant que le score est de 2-2 pour Charles Leclerc et Max Verstappen, peut-on dire que la Red Bull RB18 est la voiture de la plus rapide de 2022 ? J’aime le fait qu’il n’y ait toujours pas de réponse définitive. Cela vous dit à quel point le début de la deuxième formule turbo-hybride de la F1 a été bon jusqu’à présent.

Oui, il y a des signes que la voiture bleue, rouge et jaune trouve beaucoup de rythme, et après le premier doublé de l’équipe de Milton Keynes depuis la Malaisie 2016, lors d’un week-end parfait où Max a remporté le premier Sprint 2022, le GP d’Émilie-Romagne, le GP d’Espagne et le GP d’Italie ont été les deux derniers à se disputer. et le tour le plus rapide, il a réduit son retard de 46 points sur Charles à 27. C’était un travail formidable, d’autant plus agréable que Maranello est juste à côté, et que le circuit d’Imola est à l’ouest. autodromo est nommé d’après Enzo et Dino Ferrari.

Lire aussi:  Ricciardo "un gros paquet d'excitation" avant son retour à Melbourne

TECH TUESDAY : Un regard sur les améliorations apportées par Red Bull et Mercedes à Imola, alors que la course de développement débute.

Mais j’ai tendance à être d’accord avec Max et le patron de Ferrari, Mattia Binotto. Après avoir remporté cette 22e victoire spectaculaire, le champion du monde a déclaré que, puisque chaque circuit présente des conditions différentes et crée des situations différentes, il est encore très difficile de dire dans un sens ou dans l’autre quelle voiture est la plus rapide.

Charles a perdu de justesse la pole position pour la course Sprint, mais il s’est confortablement installé en tête au départ et y est resté jusqu’à ce que son pneu Pirelli à gomme tendre à l’avant droit commence à s’effriter et à perdre de son tranchant. Max, qui s’est peut-être penché en arrière pour voir ce qui allait se passer, s’est alors rapproché et a pris l’avantage au 20e des 21 tours. C’était ennuyeux pour Ferrari.

Lire aussi:  Vous pouvez gagner à partir de la quatrième place !" dit Magnussen, qui réalise la meilleure qualification de Haas à Imola.

Mais selon le nouveau système de points de la première à la huitième place, il n’a perdu qu’un point de son avantage. Ainsi, du jour au lendemain, il avait encore une bonne avance de 45 points. Et Ferrari pouvait voir qu’en poussant un peu trop fort au début de la course pour établir un écart – ce qui a été contrecarré par le déploiement de la voiture de sécurité – et ensuite pour en ouvrir un autre lorsque la course a repris, Charles avait légèrement surchargé les Pirellis les plus tendres.


Un départ lent de Charles Leclerc ne lui a pas permis de se rapprocher de Max Verstappen à Imola.

Là où les choses ont mal tourné pour Ferrari, c’est lorsque Max a mené facilement au début du Grand Prix, mais Charles a perdu des places au profit de Sergio Perez dans l’autre Red Bull, et de la de Lando Norris. Le temps qu’il dépasse ce dernier, Max était parti et Checo n’était pas d’humeur à laisser passer Leclerc.

La décision de Ferrari de mettre Charles au stand une deuxième fois, pour des softs, au 49ème tour, a maintenu Red Bull sous pression et les a obligés à répondre d’abord avec Checo, puis avec Max, donc on ne peut pas dire que les bleus soufflent sur les rouges. Avec un meilleur départ de Charles, nous aurions pu assister à une course plus serrée, il est donc encore difficile de tirer des conclusions définitives sur les vitesses respectives des véhicules.

Tout est encore une question de détails, de faire fonctionner les nouveaux pneus de 18 pouces de manière optimale, et d’obtenir un bon équilibre de conduite afin de pouvoir pousser suffisamment fort pour avoir la voiture la plus rapide. Miami, la nouvelle course de rue à venir, reste par exemple une quantité largement inconnue, donc personne ne peut encore être sûr de ce qui pourrait s’y passer. Peut-être que Ferrari réglera mieux sa F1-75, comme elle l’a fait en Australie.

LIRE PLUS : Tsunoda est heureux d’avoir réussi à décrocher la P7 et à sauver l’AlphaTauri d’un début de week-end  » horrible  » à Imola.

Bien sûr, ils sont déçus de ne pas avoir gagné à domicile, mais ils ont une voiture (l’une des plus belles machines de F1 depuis longtemps, à mon avis) qui semble être à l’aise sur la plupart des circuits jusqu’à présent, donc comme l’a dit le Team Principal Mattia Binotto, ils doivent juste garder la tête haute et accepter les défaites occasionnelles. Et ce n’est pas le moment de prendre des mesures de panique.

Le plafond budgétaire commence définitivement à avoir l’effet désiré sur la course, car personne ne peut se permettre de se précipiter pour faire des modifications au pied levé, en réponse à l’avantage perçu d’un rival. Ferrari ne le fera pas, car ils doivent gérer ce budget de développement sur l’ensemble de la saison, et qui sait ce qui les attend d’ici le Texas et le Mexique ? L’époque des dépenses de développement illimitées a rapidement reculé dans le rétroviseur.


GettyImages-1393378909.jpg
Lewis Hamilton et Mercedes n’ont pas connu le début de saison qu’ils auraient souhaité, mais ils vont continuer à se battre.

En parlant de ça, bien sûr, cela nous amène à Mercedes. Comme Ferrari, ils ont résisté à l’envie d’apporter de nouvelles pièces à Imola, en partie parce qu’ils sont encore dans leur enquête intensive sur la raison pour laquelle la W13 est une voiture si délicate à manier en ce moment.

Inévitablement, on parle déjà de Lewis qui abandonne, incapable de supporter d’être battu, bla, bla. Tous ceux qui le connaissent bien reconnaissent son esprit de combat féroce et guerrier, donc je ne vois pas cela arriver. Mais après la troisième course dans laquelle il a terminé derrière son nouveau coéquipier George Russell, on entend déjà des murmures sur sa motivation.

Mais regardons de plus près. Au Bahreïn, ils étaient troisième et quatrième, Lewis en tête. En Arabie Saoudite, ils étaient cinquième et dixième, George en tête mais Lewis, surtout, avec des réglages différents qui ont tout mis sur le nez et lui ont laissé très peu de traction sur une piste où il en faut beaucoup. A Melbourne, George a eu plus de chance avec le timing de la voiture de sécurité et a terminé troisième ; Lewis l’a devancé mais a perdu en passant aux stands avant l’intervention, et a donc terminé quatrième.

MUST-SEE : Les trois premiers pilotes à Imola dissèquent l’accident de Leclerc dans la salle de repos.

Il ne s’agit pas d’un affront à George. Il a fait un excellent travail pour égaliser le score des qualifications à 2-2 à Imola, puis a pris un super départ depuis la 11ème place sur le côté gauche plus rapide de la grille pour remonter à une excellente sixième place à la fin du premier tour, en partie aussi grâce à la mêlée du deuxième virage.

Puis, après une attaque contrebalancée par Kevin Magnussen, George a réussi un méga dépassement à la Variante Alta pour se hisser au cinquième rang, qui deviendra quatrième plus tard malgré l’énorme pression de son partenaire de collision Valtteri Bottas de 2021 Tamburello.


1393527812
Les pilotes partant du côté gauche de la grille ont semblé avoir un net avantage dimanche.

Si cela a montré le véritable niveau de performance des Mercenaires – qui avait été obscurci en qualifications par le besoin de plus d’un tour pour que les pneus soient à température – la course de Lewis a été une parabole de tout ce qui peut mal tourner, même lorsque le pilote ne fait aucune erreur.

L’équipe de données de la FOM contient des esprits très intelligents, et ils ont calculé que les pilotes du côté gauche de la grille avaient, en moyenne, un avantage de 0,161s sur l’accélération de 0-100 km/h, ce qui aide à expliquer une partie de l’écart initial HAM/RUS. Le temps de 0 à 100 km/h de George était de 3,55s, celui de Lewis de 3,69s. Une petite différence, pourrait-on dire, mais significative, d’autant plus qu’en partant 14e, Lewis a ensuite souffert des retombées de l’affrontement au virage 2 entre Daniel Ricciardo, Carlos Sainz et Valtteri Bottas.

LIRE LA SUITE : Ricciardo s’excuse pour l’accident de Sainz à Imola et s’ouvre sur un GP d’Émilie-Romagne « douloureux ».

Plus tard, il s’est retrouvé dans un train DRS (où tous les suiveurs sont bloqués derrière une voiture plus rapide) derrière Yuki Tsunoda et Lance Stroll ou, après qu’Alpine ait relâché Esteban Ocon de manière dangereuse, l’a presque écrasé contre le mur des stands et lui a fait perdre d’autres places, un autre train DRS derrière Lance, Esteban, Alex Albon et Pierre Gasly. On ne peut qu’imaginer le niveau de frustration de toutes les personnes concernées.

Derrière tout cela, il y avait quelques questions supplémentaires. La première concerne l’apparente vulnérabilité de Charles à commettre parfois des erreurs – souvenez-vous de Monaco l’année dernière ? – quand les jeux sont faits. J’ai aimé la façon dont Mattia a soutenu la charge fougueuse de Charles après Checo, même si le tête-à-queue qui en a résulté à Variante Alta lui a coûté, à lui et à l’équipe, sept points cruciaux. Et j’aime le refus de Charles d’abandonner, comme Gilles Villeneuve. Mais est-ce que cela pourrait devenir un facteur à mesure que la saison avance ?

Je pense que nous connaissons déjà la réponse à l’autre question complémentaire, qui est de savoir si Lewis va se battre pour un huitième titre cette année. Mais la grande question ici, après que Toto Wolff lui ait présenté des excuses publiques pour la voiture qu’il a été forcé de conduire, est de savoir comment Mercedes va jongler avec son budget pour rattraper son retard, sans compromettre sa capacité à développer davantage la W13 plus tard dans la saison. En supposant qu’ils parviennent à combler l’écart.

LIRE PLUS : Wolff dit que la Mercedes W13 n’est  » pas digne d’un champion du monde  » après qu’Hamilton ait terminé 13e à Imola.

Depuis qu’ils ont remporté le record de huit titres consécutifs de constructeurs, je pense qu’ils le feront, mais la question cruciale reste de savoir dans combien de temps ils pourront le faire.

Article précédentAston Martin n’est pas plus rapide à Imola malgré son double pointage en F1 – Krack
Article suivantMotoGP Jerez : Jack Miller : les pilotes de 16 à 18 ans ont de grandes chances de victoire.