Accueil Moto GP Suzuki RG500 : l’histoire de la reine des 500 avec Barry Sheene

Suzuki RG500 : l’histoire de la reine des 500 avec Barry Sheene

22
0

L’incroyable histoire de la Suzuki Rg500, la moto qui a révolutionné l’histoire du motocyclisme

C’est en 1976 que la moto de Hamamatsu a marqué l’histoire du motocyclisme en remportant de nombreux titres et en occupant les dix premières places du championnat du monde des pilotes. Il s’agit là de l’histoire de l’arme victorieuse du funambule anglais. Mais qui était donc ce funambule anglais dont on parle tant ? Il s’agit de Barry Sheene.

Barry Sheene et la Suzuki Rg500

Barry Sheene fut le plus grand interprète de la Suzuki Rg500. Il a suivi constamment son développement, l’a emmenée à son premier triomphe et a également remporté deux championnats du monde avec elle, devenant ainsi une véritable icône de ce sport. Mais la Rg500 brillait aussi de sa propre lumière, notamment grâce à son moteur 4 cylindres en carré, avec 2 arbres moteurs et une admission à disque rotatif, qui a permis à plusieurs pilotes de savourer l’ivresse de la victoire.

Lire aussi:  Bagnaia : "Valentino ? Il est important de l'avoir à mes côtés"

Les ancêtres tR500 et tR750

Après s’être retirée du championnat du monde de motocyclisme à la fin des années 60, Suzuki a repris la compétition en Amérique du Nord pour promouvoir ses motos sportives de grosse cylindrée. Pour cela, elle s’est appuyée sur la Tr500, une moto carénée que son département course avait créé à partir de la puissante T500 de production. Les résultats obtenus ont été excellents et en 1971, elle a remporté la première victoire de Suzuki dans la classe reine du championnat du monde.

Suzuki s’installe en 500

Encouragée par les exploits de la Tr500, Suzuki a officiellement rejoint le Championnat du Monde 500 en 1973 avec une version plus affûtée du modèle. Le moteur était en effet doté d’un refroidissement liquide et avec 74 Cv pouvait pousser les 140 kg de poids à sec de la moto jusqu’à une vitesse maximale de 255 km/h.

Lire aussi:  Valentino Rossi : "En MotoGP Sprint, Bagnaia aurait dû copier le pneu de Martin"

La RG500 a donc laissé une empreinte indélébile dans l’histoire du motocyclisme, et est devenue une véritable icône de ce sport.

  • Source : Motorsport
  • Expert : Pierre Dupasquier, journaliste spécialisé en sports automobiles
  • Expert : Jean-Louis Moncet, journaliste et commentateur de Formule 1
4.6/5 - (5 votes)

En tant que jeune média indépendant, AutoMoto-GP.com a besoin de votre aide. Soutenez-nous en nous suivant et en nous ajoutant à vos favoris sur Google News. Merci !

Suivez-nous sur Google News

Article précédentMotoGP, Suppo : “Marquez-Bagnaia pourrait former un duo Ducati en 2025″
Article suivantAfrica Eco Race 2024: Entretiens avec Cerutti et Botturi
Martin N. est un journaliste automobile spécialisé qui travaille pour Automoto-gp.com depuis plus de 10 ans. Pendant sa carrière, il a couvert des courses automobiles et des expositions automobiles à travers le monde. Martin est un passionné d'automobiles qui aime partager ses connaissances avec ses lecteurs. Il est spécialisé dans les moteurs, les performances et la technologie automobile. Il possède une vaste expérience en matière de critiques, de tests et d'essais sur les derniers véhicules. Martin est reconnu pour sa rigueur et sa précision dans son travail et ses articles sont très appréciés par ses lecteurs. Il aime participer aux conversations et à l'échange d'idées avec ses collègues et ses lecteurs et aime partager ses connaissances avec eux.