Accueil Formule 1 Quelles sont les règles techniques de F1 2023 et pourquoi changent-elles sans...

Quelles sont les règles techniques de F1 2023 et pourquoi changent-elles sans cesse ?

65
0

La fréquence des changements est toujours accrue autour de l’introduction d’un changement majeur de réglementation, comme celui que nous venons d’avoir pour 2022, qui entraîne souvent des modifications tout au long de l’année et pour la saison suivante.

Les principaux changements pour 2023 se sont concentrés sur le plancher des voitures, en raison de la nature divisée des équipes lorsqu’il s’agit de certaines voitures qui se déplacent et rebondissent. Beaucoup d’entre elles estiment qu’elles sont modifiées pour de mauvaises raisons.

PLUS : Les complexités contribuant à la tempête de rebondissement actuelle de la .

Le dialogue entre l’instance dirigeante et les 10 constructeurs de la F1 s’est poursuivi pour trouver un terrain d’entente avant les ajustements, ce qui a conduit la FIA à adoucir son approche par rapport à ses recommandations initiales.

À l’origine, la FIA avait insisté pour que la partie extérieure du plancher soit surélevée de 25 mm et que des tests de charge plus stricts soient appliqués afin que le plancher ne fléchisse pas trop. Cela réduirait la capacité des équipes à rapprocher le bord du plancher de la surface de la piste et à hériter de meilleures performances aérodynamiques.

En guise de compromis, le règlement a été modifié pour refléter une augmentation de 15 mm de la hauteur du bord extérieur du plancher pour 2023, avec une déflexion verticale maximale de 5 mm lorsqu’une charge de 250 N est appliquée vers le bas et une déflexion verticale maximale de 5 mm lorsqu’une charge de 250 N est appliquée vers le haut.

Pour 2022, ces valeurs sont respectivement de 8 mm et 12 mm, ce qui oblige les équipes à intégrer une plus grande rigidité pour passer les tests requis.

Des changements ont également été apportés à la géométrie du bord du sol afin de régler tous les problèmes qui, selon l’organe directeur, ont échappé au contrôle en 2022.

Dans le même ordre d’idées, la FIA a également réduit le nombre de trous requis pour mesurer la conformité de six à quatre, les deux dans la section centrale de la planche étant considérés comme superflus.

Quels sont les changements apportés à l’aile avant de F1 2023 ?

La FIA a à la fois donné et repris en ce qui concerne l’aile avant, puisque des mesures ont été prises pour restreindre davantage la conception de la jonction entre le volet et la plaque d’extrémité.

Lire aussi:  Leclerc espère " enfin " mettre fin à la poisse des courses à domicile après une pole dominante à Monaco.

Cela exclut pratiquement le design complexe présenté par au Grand Prix du Canada (ci-dessous), qui devrait offrir plus d’écoulements que ce qui était initialement prévu lors de l’élaboration du nouveau règlement.

Les équipes auront cependant un peu plus de liberté en termes de réglage, car actuellement les volets ne peuvent avoir qu’un réglage de 35 mm, la FIA accordant 40 mm à partir de 2023.

De plus, le rayon du congé entre les éléments et les supports qui peuvent être utilisés a été augmenté de 2 mm à 4 mm, un changement qui est partagé avec l’aile arrière également.

La hauteur des attaches de l’aile arrière a également été modifiée, puisqu’elles devront être montées 60 mm plus haut qu’en 2022, la FIA ayant clairement tiré les leçons des incidents survenus au cours de la saison.

Deux autres changements concernent les goujons de montage entre l’unité de puissance et le châssis, et l’unité de puissance et la transmission, qui devront avoir une résistance à la traction supérieure à 100kn à partir de la saison prochaine.

Quelles sont les modifications apportées aux arceaux de sécurité de F1 2023 ?

Compte tenu de l’ampleur de l’accident de Zhou Guanyu au Grand Prix de Grande-Bretagne, la recherche permanente de la sécurité se traduit par de nouveaux changements dans la conception de l’arceau de sécurité et par une augmentation des charges qu’il doit supporter.

Ces nouvelles réglementations vont probablement obliger certaines équipes à redessiner la structure de l’arceau de sécurité, en raison des exigences accrues de sa géométrie à 935 mm au-dessus du plan de référence. Toutes les pièces construites au-dessus doivent être capables de résister à une charge de 15 %.g impact avec le sol et être fabriqué dans un matériau résistant à l’abrasion.

De plus, l’arceau de sécurité doit maintenant être capable de supporter les forces qui lui sont appliquées vers l’avant, en plus des forces vers l’arrière qu’il devait déjà atteindre.

Quelles sont les autres nouveautés du règlement de la F1 2023 ?

Les images capturées par la « visor cam » ont été saluées par tous et devraient devenir un élément essentiel de la diffusion à l’avenir. La FIA a augmenté le nombre de positions de caméra désignées de six à sept, dont une qui sera installée face à l’avant du casque du pilote.

Lire aussi:  Je sais qu'il travaille dur " - Vettel dit que Schumacher montre ce dont il est capable en 2022.

Le poids des voitures sera légèrement réduit, la masse minimale de départ de 796 kg d’avant 2022 devant être rétablie. Cependant, le poids minimum de l’unité de puissance a également augmenté, car une partie de la tuyauterie associée sera désormais incluse dans son périmètre.

Afin d’éviter une situation similaire à celle observée cette saison, dans laquelle le carburant est considéré comme trop froid, le règlement a été modifié pour permettre un seuil de température plus bas.

Le règlement stipule maintenant : « Le carburant d’une voiture ne doit pas être plus froid que la plus basse des deux températures suivantes : dix degrés centigrades en dessous de la température ambiante, ou dix degrés centigrades (précédemment vingt), à tout moment lorsque la voiture roule après avoir quitté la zone de garage désignée du concurrent ».

La vérification de la densité du carburant réduira également la tolérance entre le carburant utilisé et le chiffre pris lors de l’analyse de pré-approbation de 0,25 % à 0,15 %, limitant davantage toute possibilité de gain de performance entre les deux.

Et tous les réservoirs de carburant devront être équipés d’une soupape de surpression pour éviter toute surpression, tandis que la pression interne maximale exercée sur la vessie de carburant ne devra pas dépasser 1,0 barG.

Des changements ont également été apportés à la réglementation concernant les tuyaux d’échappement et de wastegate, avec une nouvelle clause ajoutée pour 2023 qui stipule : « Tout tuyau d’échappement de la porte à déchets par lequel passent tous les fluides de sortie de la porte à déchets doit avoir une section transversale interne inférieure à 1500 mm2, et toutes les surfaces externes doivent avoir un effet aérodynamique minimal sur le flux d’air externe ».

Des changements ont également été apportés aux règlements qui permettront aux équipes d’ajouter des barrières de débris à l’écope du conduit de frein arrière, dans le but de réduire les défaillances qui auraient pu se produire autrement.

Article précédentLes courses sprint rendront le MotoGP « plus spectaculaire » – Marquez
Article suivantJos Verstappen sur ses débuts en WRC à Ypres : « Max pense que je suis fou »