Accueil Formule 1 Pourquoi le départ de Masi de la F1 était un appel inévitable

Pourquoi le départ de Masi de la F1 était un appel inévitable

128
0

Cependant, alors que nous savions que des changements allaient être apportés au système d’arbitrage de la , il y avait toujours une chance que l’Australien reste dans le système remanié, peut-être en travaillant avec d’autres.

En effet, jusqu’à il y a quelques jours, des sources suggéraient qu’il serait toujours dans le coup.

En fin de compte, et après des discussions avec le PDG de la F1 Stefano Domenicali et les équipes à Londres lundi, le nouveau président de la FIA Mohammed ben Sulayem a convenu que la position de Masi était intenable. Compte tenu de la force du sentiment exprimé non seulement par les fans sur les médias sociaux, mais aussi dans les coulisses par les initiés de la F1, il a dû écarter Masi.

Ce n’est pas seulement le directeur de course qui a changé, mais aussi le système qui entoure ce rôle. On pourrait dire que Masi a eu la malchance de ne pas avoir eu la chance de travailler dans le cadre des nouvelles dispositions, sans intimidation radio depuis les stands des équipes et avec l’aide d’une aide extérieure depuis un site distant que Ben Sulayem compare au système VAR du football.

Le partage du rôle de directeur de course entre le vétéran du WEC Eduardo Freitas et l’ancien pilote de DTM Niels Wittich, qui a déjà été engagé comme adjoint de Masi pour 2022, est un choix intriguant. Les deux hommes ont une grande expérience dans d’autres séries, mais ils ont encore beaucoup à apprendre sur la F1.

D’une part, en utilisant deux directeurs de course, la F1 perd la continuité dont elle bénéficiait en ayant un seul arbitre sur tous les événements, et qui en théorie assurait la cohérence du processus de décision. En effet, lorsque l’idée de diviser le rôle a émergé il y a quelques semaines, des sources ont suggéré qu’elle avait déjà été abandonnée pour cette raison précise.

Cependant, au fil du temps et des discussions, il est apparu qu’il était impossible de trouver un candidat pleinement qualifié qui soit à la fois désireux et capable de faire le travail de la F1 tout seul.

Freitas, par exemple, a déjà beaucoup à faire avec son travail régulier dans le WEC, et n’aurait pas été en mesure de s’engager pour 23 week-ends de F1, tandis que Scot Elkins – un autre choix possible – était déjà engagé en Formule E et en DTM.

L’avantage de la division du rôle est qu’il y a moins de risque qu’un seul homme devienne tout-puissant, tout en portant le poids sur ses épaules de faire ce qui est clairement un travail très difficile tout seul, avec toutes les pressions qui en découlent, tant de la part des concurrents que du reste du monde.

Freitas et Wittich peuvent désormais partager ce fardeau et se tenir compagnie, même s’ils ne passent que quelques week-ends à travailler ensemble.

La FIA a également fait le choix judicieux de faire revenir une partie de l’expérience qui lui manquait depuis le décès de Charlie Whiting, à la veille de la saison 2019.

Whiting a travaillé pendant de nombreuses années avec son ami proche et ancien collègue de Brabham, Herbie Blash, dans le rôle de directeur de course adjoint. Ils avaient le genre de relation où chacun savait ce que l’autre pensait, et ils pouvaient finir les phrases de l’autre.

Lire aussi:  Le "patin à glace" de Red Bull F1 qui pourrait être son remède contre le marsouin.

Malheureusement, à la fin de 2016, Blash a été poussé à la retraite anticipée par la hiérarchie de la FIA. Il a été contraint d’abandonner son rôle, ce qui a permis de former de nouveaux adjoints dans l’optique que l’un d’entre eux prenne éventuellement la relève de Whiting. C’est d’ailleurs par cette voie que Masi a mis le pied dans la F1.

Au milieu de l’année dernière, la FIA a perdu un autre joueur précieux en la personne de Colin Haywood, qui a été pendant de nombreuses années le responsable des systèmes de contrôle de la course en F1, et qui était en fait le troisième membre clé de l’équipe Whiting/Blash. Il a été pendant un certain temps l’adjoint de Masi avant d’opter pour la retraite, et son absence s’est fait sentir dans la seconde moitié de 2021.

Blash, qui a eu 73 ans en septembre, a beaucoup à faire avec son travail avec Yamaha en Superbike. Il revient maintenant à la F1 dans un rôle nouvellement créé de conseiller principal permanent, s’asseyant avec le directeur de course et son adjoint et leur faisant bénéficier de sa vaste expérience. Il contribue également à apporter une certaine crédibilité à un moment où les équipes et les pilotes peuvent être nerveux face aux nouveaux venus dans le contrôle de la course.

Les autres changements clés soulignés par Ben Sulayem étaient attendus, et ont déjà été révélés il y a quelques semaines par le secrétaire général de la FIA pour le sport, Peter Bayer, dans une interview qui a été plus révélatrice que ce que ses collègues avaient souhaité.

L’assistance à distance pour le directeur de course, via ce que Ben Sulayem appelle une salle de contrôle de course virtuelle, est une étape logique. Jusqu’à présent, M. Masi pouvait potentiellement regarder les enregistrements des collisions à la recherche de fautes, tout en surveillant le travail de nettoyage de la piste et le fonctionnement de la voiture de sécurité.

En donnant au directeur de course l’aide d’un expert pour la première de ces tâches – comme on l’a vu dans le football avec la VAR, mais aussi pour les décisions importantes dans des sports comme le cricket et le rugby – il peut se concentrer sur les aspects de sécurité. Il peut alors demander à ses collègues un verdict sur la responsabilité d’un incident, avant de transmettre toute information aux commissaires pour une délibération plus approfondie.

La décision d’arrêter de diffuser les conversations entre les stands et le contrôle de la course, et de mettre les directeurs d’équipe hors circuit, a été évoquée dès le jour de la course à Abu Dhabi.

Ces conversations ont certainement ajouté au divertissement l’année dernière, et c’était amusant tant que cela durait. Cependant, à Abu Dhabi, elles ont clairement dégénéré et de nombreux observateurs pensent que la pression exercée sur Masi par le patron de Red Bull, Christian Horner, et son directeur sportif, Jonathan Wheatley, a eu une incidence directe sur la décision qu’il a prise de laisser passer les voitures retardataires devant Lewis Hamilton.

Lire aussi:  Ferrari ne dévoile pas ses prochaines mises à jour de la F1 avant le GP de Grande-Bretagne.

Masi était dans la boucle sur la décision de diffuser son canal radio – en d’autres termes, cela ne lui a pas été imposé.

Il est peu probable que Whiting ait jamais autorisé la diffusion d’un tel trafic, même sous la pression des patrons de la F1. En effet, lorsque vous avez vu les quelques images télévisées de lui aux côtés de Blash au contrôle de la course pendant une période de voiture de sécurité, il y a de fortes chances qu’elles aient été tournées le vendredi, lorsqu’il a permis à contrecœur aux caméras de la F1 d’enregistrer quelques images de stock…

Les directeurs d’équipe et les directeurs sportifs pourront toujours parler au contrôle de la course, mais seulement dans le cadre de directives strictes lorsque des informations doivent être échangées, et il n’y aura pas le genre de lobbying émotionnel entendu l’année dernière.

Ben Sulayem dit que Masi, qui a déjà occupé d’autres postes tels que celui de délégué à la sécurité et d’inspecteur de circuit, se verra offrir un autre rôle au sein de la FIA, et il reste à voir s’il décide de rester.

Sur le plan personnel, sa mise à l’écart est évidemment un coup dur pour lui, et on pourrait lui pardonner de penser qu’il a été désigné comme un bouc émissaire. Il n’a peut-être pas tout réussi, mais il a fait de bonnes choses au cours des trois dernières années. Et n’oubliez pas qu’il s’est retrouvé dans une situation impossible lorsqu’on lui a demandé de remplacer un homme qui avait fait le travail pendant plus de deux décennies, et bien avant toute succession prévue. En fin de compte, c’était trop, trop tôt.

Et même dans le court laps de temps qui s’est écoulé depuis la mort de Whiting, le niveau d’abus lancé sur les médias sociaux par les adeptes de la F1 a considérablement augmenté, et c’était beaucoup pour Masi de devoir y faire face. Il va maintenant pouvoir prendre du recul et peut-être profiter à nouveau de sa vie.

En fin de compte, cette histoire est bien plus importante que celle d’un seul homme. Le GP d’Abu Dhabi, avec la lutte pour le titre entre deux titans de la F1 jusqu’à la dernière manche, aurait dû être un grand jour. Au lieu de cela, les retombées de ce qui s’est passé ont été extrêmement préjudiciables, mettant en colère les fans d’Hamilton et déconcertant les neutres qui ne connaissaient pas ce sport.

Et c’est pourquoi Stefano Domenicali a joué un rôle important en aidant à définir la voie à suivre. Les changements devaient être vus pour être faits.

Le GP de Bahreïn représentera un nouveau départ pour tout le monde, et nous ne pouvons qu’espérer que les nouveaux directeurs de course conjoints ne se retrouvent jamais dans le genre de situation que Masi a connue l’année dernière.

Article précédentSzafnauer est nommé directeur de l’équipe Alpine alors que Rossi confirme la nouvelle structure.
Article suivantPedro Acosta à l’aise dans le test privé de Jerez Moto2