Accueil Rally WRC Pirelli satisfait des pneus WRC après un examen « positif » au Safari Rallye

Pirelli satisfait des pneus WRC après un examen « positif » au Safari Rallye

91
0

Le fabricant de pneus de contrôle du WRC a déclaré après le Rallye de Sardaigne qu’il attendrait de voir comment ses pneus se sont comportés pendant le Safari Rally, sans doute le test le plus difficile du calendrier du championnat, avant de décider s’il faut ou non apporter des changements.

Cette saison, certains pilotes ont critiqué la solidité des pneus après une série de défaillances lorsque les équipes utilisaient le pneu tarmac mouillé en Croatie, et le pneu gravier révisé lors d’un Rallye du Portugal particulièrement difficile en mai.

Les équipes ont subi des crevaisons au cours du Safari Rally, qui comportait des sections plus difficiles que l’année dernière, la plus importante ayant été subie par Sébastien Ogier alors qu’il était en tête le vendredi, mais le taux de crevaison n’était pas aussi élevé qu’au Portugal.

Lire aussi:  Comprendre les défaillances des véhicules hybrides du WRC, une priorité de la FIA

Pirelli se dit satisfait de la résistance de ses pneus et affirme que les équipes du WRC ont convenu que des changements ne sont pas nécessaires pour le reste de la saison.

« Les équipes ont clairement indiqué que les conditions étaient plus difficiles et qu’il y avait moins de crevaisons que l’année dernière », a déclaré Terenzio Testoni, responsable de l’activité rallye de Pirelli, à Autosport/Motorsport.com.

« Pour moi, c’était un test positif au Kenya et le pneu était meilleur que l’année dernière.

« La chose la plus importante au Kenya et si vous voulez gagner le rallye, vous devez avoir moins de crevaisons que tout le monde.

« Je ne peux pas dire qu’il faille une forte adhérence du pneu pour gagner. Il faut être très prudent et prendre soin du pneu mais aussi des jantes de la voiture.

Lire aussi:  Hyundai va "redoubler d'efforts" après un examen complet de l'ouverture du WRC.

« Si vous regardez les trois premiers, le seul qui n’a pas eu une vraie crevaison est Kalle Rovanpera et si vous regardez les trois premiers en vitesse, ils n’étaient pas les plus rapides.

« Ensuite, le soft a été utilisé pour la première fois dans des conditions très chaudes et dans une longue étape à grande vitesse, il semble être un bon pneu. Pour moi, le soft a été vraiment, vraiment bon pour avoir du grip dans n’importe quelle condition. »

Le WRC se rendra en Estonie pour la septième manche du championnat plus tard dans le mois sur les pistes de gravier rapides et fluides.

Article précédentLes changements d’ailes en F1 aident Alpine à viser Mercedes
Article suivantLa pole position d’O’Ward permet à l’INDYCAR de rester en course.