Accueil Formule 1 PALMER : Les conditions étaient peut-être difficiles à Imola, mais voici pourquoi...

PALMER : Les conditions étaient peut-être difficiles à Imola, mais voici pourquoi la grille de la F1 s’est surpassée.

225
0

Avec des conditions changeantes tout au long du week-end et le premier Sprint de la saison, Imola s’annonçait sur le papier comme l’un des Grands Prix les plus difficiles de la saison pour les pilotes.

Carlos Sainz a été le seul pilote à avoir un accident significatif tout au long du week-end lorsqu’il a perdu le contrôle de sa voiture sous la pluie en Q2, sur un circuit avec peu de sorties de piste et beaucoup de risques.

Il est intéressant de noter que c’est au cours de l’heure d’essais du vendredi que les incidents ont été les plus nombreux, la majorité des pilotes ayant été sanctionnés par un drapeau jaune pour un petit tête-à-queue ou une sortie de piste.

LIRE LA SUITE : Albon s’ouvre sur la perte de son volant de et son rêve de revenir en 2022 dans Beyond The Grid.

Cette séance d’essais du vendredi était cruciale pour les pilotes, car avec le format Sprint, c’était le seul moment de conduite avant les qualifications, et les pilotes devaient donc repousser les limites plus loin que lors d’une FP1 classique.

Les qualifications dans des conditions de séchage puis d’humidification ont également été extrêmement difficiles pour les pilotes, car vous devez constamment recalibrer vos références et évaluer vos lignes – et si vous pouvez prendre des bordures ou non.

C’est aussi le moment où les conducteurs doivent faire preuve de prudence. Dans ces conditions mixtes, il s’agit de s’assurer constamment que vous êtes hors de danger de la coupure, car comme nous l’avons vu, vous ne pouvez jamais être sûr quand le prochain drapeau jaune ou rouge va arriver, et les conditions peuvent changer en un instant. C’est ce qui a ajouté aux malheurs du duo Mercedes, qui ont tous les deux été éliminés en Q2 après que la pluie soit tombée pendant le nettoyage du drapeau rouge de Sainz.

Lire aussi:  BMW : Aucun intérêt actuel à entrer en Formule 1

C’était un cas similaire en Q3 pour Sergio Perez, qui semblait être sur un tour pour se battre pour la pole avant de faire une erreur dans son dernier tour, avant que l’arrêt de Valtteri Bottas n’entraîne un drapeau rouge et mette fin aux qualifications prématurément. Contrairement à Kevin Magnussen et Lando Norris en Q3, le contact de Perez avec la ligne blanche d’Acque Minerali ne s’est pas traduit par un tête-à-queue, mais il lui a coûté une place sur la première ligne de la grille au minimum, et lui a assuré beaucoup de travail dans le Sprint.

LIRE LA SUITE : La FIA va évaluer l’impact de l’augmentation du nombre de sprints en F1 en 2023

Le Sprint a été une belle démonstration de course de roue à roue, avec quelques mouvements brillants entrecoupés de passes DRS, qui ont réglé la grille plus proche de l’ordre du rythme que les qualifications sur le mouillé.

Et puis il y a eu le Grand Prix sous la pluie lui-même.

Grand Prix 2022 d’Émilie-Romagne : Sainz a des problèmes sur le gravier au départ d’Imola.

Daniel Ricciardo a commis la plus petite des erreurs, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus, en faisant basculer Carlos Sainz vers l’abandon au virage 1. Ricciardo avait la voiture sous contrôle pendant la phase de freinage, mais dans des conditions glissantes, il a mis par erreur sa voiture sur le bord de l’apex, ce qui a induit un certain sous-virage et a projeté l’Australien impuissant vers la à l’extérieur.

Lire aussi:  WATCH : Les principaux enseignements de la dernière journée de la pré-saison à Barcelone

Mick Schumacher a eu un incident similaire dans la deuxième partie de la chicane, alors qu’il accélérait sur le bord de l’apex, et avec sa voiture qui sautillait, il a cassé l’adhérence et a quitté le top 10 en faisant un tête-à-queue, écrasant l’autre Espagnol, Fernando Alonso, au passage.

TECH TUESDAY : Un regard sur les mises à jour de Red Bull et Mercedes à Imola alors que la course de développement commence

Un départ sur le mouillé est toujours chaotique, comme nous l’avons vu l’année dernière à Budapest. Avec 20 pilotes entassés les uns sur les autres dans la descente vers le premier virage, il y a toujours une recette pour les problèmes lorsque l’adhérence est à un niveau inconnu et réduit.

Contrairement à Budapest, les pilotes étaient mieux préparés à la conduite sous la pluie, ayant eu un vendredi et des tours de grille humides pour sentir les conditions du dimanche. Mais la descente vers Tamburello est extrêmement étroite, et le premier virage n’est pas seulement un frein lourd mais une chicane qui se prête davantage aux incidents, car il y a moins d’espace à l’extérieur pour que les pilotes puissent se dégager.


Les pilotes ont eu leur premier aperçu de la course avec les pneus intermédiaires en 2022 à Imola.

Les erreurs de Ricciardo et Schumacher étaient petites mais avec de grandes conséquences, en particulier pour les malheureux Espagnols, Sainz et Alonso .

Dans l’ensemble, il semble que les pilotes et les équipes aient fait preuve de beaucoup plus de prudence dimanche, alors que des points importants étaient en jeu.

LIRE LA SUITE : 6 gagnants et 5 perdants pour le Grand Prix 2022 d’Émilie-Romagne : qui a tiré le meilleur parti des conditions mitigées ?

Les pilotes ont semblé être beaucoup plus mesurés au volant. Nous n’avons pratiquement pas vu de blocages – juste quelques-uns à la chicane où vous pouvez vous en tirer plus facilement. C’est typique d’un Grand Prix – on en vient à s’attendre à peu d’erreurs de la part des meilleurs pilotes du monde, mais alors que le circuit humide avait donné lieu à tant de frissons et de rebondissements vendredi, il était surprenant que le tête-à-queue de Charles Leclerc soit le seul incident majeur à noter après le premier tour.

Je pense que l’attitude prudente des pilotes était évidente quand on regarde la stratégie. Avec une piste qui sèche, la stratégie s’articule autour du slick crossover, le seul arrêt au stand principal du Grand Prix.


GettyImages-1240230558.jpg
Juger quand passer des intermédiaires aux slicks était une partie critique de la stratégie de course des équipes.

Habituellement, celui qui met les slicks et les fait fonctionner en premier fait de gros progrès, car il les met en route en premier et peut exploiter l’énorme avantage d’adhérence que les pneus secs offrent.

De manière surprenante, personne ne pensait que ces conditions valaient le coup jusqu’à ce que Daniel Ricciardo s’y mette au 16e tour depuis l’arrière du peloton, prouvant immédiatement que c’était le bon choix en établissant ses trois meilleurs secteurs personnels.

F1 NATION : Adrian Newey parle de la lutte entre Red Bull et Ferrari – et de l’équipe la plus rapide.

Même lorsque l’évidence était là, les autres pilotes sont restés prudents, avec seulement Sebastian Vettel, Pierre Gasly et Alex Albon qui se sont arrêtés au tour suivant. Les trois pilotes ont réalisé des gains, notamment le pionnier Ricciardo, qui a gagné trois places et 14 secondes, pour se retrouver à l’arrière de Lewis Hamilton après la séquence. Ricciardo a même rattrapé quelques secondes sur l’impérieux leader de la course Max Verstappen dans cette phase.


GettyImages-1240230571.jpg
Daniel Ricciardo a été brièvement l’homme le plus rapide du circuit lorsqu’il est passé aux slicks.

L’incident de Leclerc est probablement la démonstration parfaite de la raison pour laquelle les pilotes en général ont péché par excès de prudence dimanche. Alors que le leader du championnat était déterminé à se battre contre Sergio Perez pour la deuxième place, il a pris un peu trop de vitesse dans la Variante Alta et a démontré que tout le monde était sur la corde raide entre le succès et l’échec dans ces conditions.

LIRE LA SUITE : Leclerc regrette l’erreur qui lui a coûté le podium en Émilie-Romagne pour conclure une journée difficile pour Ferrari.

Après quelques Grands Prix brillants jusqu’à présent cette saison, nous verrons probablement Imola comme un événement plus calme qui promettait beaucoup. Pour les pilotes, le calme était loin d’être au rendez-vous, avec des niveaux de concentration au plus haut. Le fait qu’il n’y ait pas eu de Safety Car après l’incident du départ dimanche témoigne de leur talent.

Article précédentAleix Espargaro espère qu’Aprilia perdra ses concessions MotoGP à Jerez.
Article suivantPourquoi le retour en arrière d’Imola est rafraîchissant pour l’avenir de la F1.