Accueil Moto GP MotoGP Portimao : Jack Miller – Il l’a percuté, un vrai cauchemar,...

MotoGP Portimao : Jack Miller – Il l’a percuté, un vrai cauchemar, aucune rumeur vraie.

433
0

Après avoir passé la majeure partie de la course en quatrième position, Miller et Johann Zarco, le pilote Ducati, ont rattrapé Mir en milieu de course.

Luttant pour maintenir le rythme en raison de problèmes d’adhérence à l’avant, Mir a perdu la deuxième place au profit de Zarco au 17ème tour sur 25.

Mais le désastre a frappé quand Miller a fait sa course de podium au freinage du virage 1, deux tours plus tard.

Demandant un peu trop à son pneu avant, la Ducati d’usine de l’Australien a plié sur l’asphalte, effaçant Mir dans le processus.

« C’était l’une de ces choses », a déclaré Miller après coup. « Je me sentais bien, la course se déroulait bien. J’avais économisé les pneus pendant les 16 premiers tours. J’ai commencé à me rapprocher des gars devant et quand Johann Zarco a dépassé Mir, je me suis dit ‘bien, je dois commencer à préparer un dépassement ici’.

« J’ai essayé pendant 3 tours d’affilée de m’approcher suffisamment du virage 1, et j’ai eu l’impression de l’avoir fait, mais quand j’ai voulu passer, j’étais un peu à l’intérieur, je ne sais pas si j’ai touché une des plaques d’humidité.

« Je suis allé en profondeur, Joan est allé en profondeur. Joan a libéré [the brakes]j’ai lâché, et j’étais juste sur la partie merdique de la piste à essayer d’arrêter la moto.

« J’ai tiré sur l’avant et je l’ai percuté. Sortir d’une course aussi tard dans une bonne position comme ça, c’est toujours merdique, et sortir un rival en plus, c’est encore pire. C’est une vraie plaie.

Lire aussi:  Test MotoGP de Mandalika : Nakagami trouve des améliorations au niveau des réglages et du train avant.

« Mais c’est ce que c’est, essayez juste de prendre les points positifs, nous étions en bonne position, nous nous sommes sentis solides tout le week-end, le rythme était là jusqu’à la fin de la course, donc pas grand-chose de plus à dire. »

Ce n’était pas la première fois que les deux pilotes s’affrontaient au cours des dernières saisons, mais après avoir applaudi pour manifester son mécontentement, Mir s’est empressé d’aller voir Miller lorsqu’il a mis du temps à se relever après l’incident et les deux pilotes se sont ensuite embrassés.

« C’est une affaire de merde dans les deux cas, mais il l’a pris de la meilleure façon qu’il pouvait », a déclaré Miller.

Jack Miller sur le changement de MotoGP : ‘Aucune vérité’ sur la rumeur LCR

Alors qu’il n’a pas encore signé pour 2023 et qu’il doit faire face à la concurrence d’ pour sa place chez Ducati, certaines rumeurs du week-end de Portimao ont suggéré que Miller était en pourparlers avec LCR pour la saison prochaine.

« Cette rumeur n’est pas vraie du tout », a déclaré Miller. « Aucune idée de l’origine de cette rumeur. J’ai été plutôt surpris quand j’ai vu ça ce matin sur Facebook. Mais aucune vérité à cette rumeur. »

Ducati : Nous ne voulons pas perdre Jack…

Plus tôt dimanche, le patron de LCR, Lucio Cecchinello, a également nié tout contact direct avec Miller ou son manager Aki Ajo, déclarant à Simon Crafar de Dorna :

Lire aussi:  2022 MotoGP Portimao, Portugal - Résultats des essais libres (2)

« Honnêtement, je ne parle jamais avec Jack ou son manager. Je ne suis pas sûr que son manager ait parlé avec Honda, mais honnêtement, je ne sais pas. Nous sommes entièrement concentrés sur notre programme actuel. »

Pendant ce temps, le directeur de l’équipe Ducati, Davide Tardozzi, a insisté sur le fait que Miller fait toujours partie des plans futurs de Ducati :

« Nous ne voulons pas perdre Jack. Nous verrons ce qu’il en est dans les prochaines semaines. Nous sommes heureux si d’autres équipes s’intéressent à Jack, car cela signifie que nous avons un bon pilote. Pour Ducati, tout sera mis en œuvre pour le garder. »

Si le maintien dans l’équipe officielle n’est pas envisageable, Miller a déjà déclaré qu’il n’hésiterait pas à retourner dans l’équipe satellite Pramac, puisqu’elle a également accès aux machines Ducati d’origine.

Pramac aligne actuellement Johann Zarco et Jorge Martin – la jeune star espagnole, vainqueur de la course lors de sa première saison, rejoint Miller et Bastianini comme candidat pour le siège d’usine restant aux côtés de Francesco Bagnaia pour 2023.

Zarco s’est emparé de la deuxième place dimanche et est désormais cinquième au championnat du monde, à dix points de la première Ducati (GP21) de Bastianini (Gresini).

Miller – qui a également subi un DNF technique au Qatar – se rend à Jerez à égalité de points avec Bagnaia pour la neuvième place du classement, les autres pilotes de la GP22, Martin et Luca Marini (VR46), étant 13e et 16e.

Comme Miller, Bastianini et Martin ont également chuté à Portimao.

Article précédentGUIDE DE STRATÉGIE : Quelles sont les stratégies de course possibles pour le GP 2022 d’Émilie-Romagne ?
Article suivantAlonso : « Le chaos est garanti » si la pluie tombe sur la course de F1 d’Imola.