Accueil Moto GP MotoGP : Le Conte Agusta déchire l’adieu des motos italiennes

MotoGP : Le Conte Agusta déchire l’adieu des motos italiennes

41
0

Décembre 1957 : La décision inattendue du patron de MV

Au lointain mois de décembre de l'année 1957, le patron emblématique de MV a convoqué ses employés pour leur annoncer une décision qui a fait grand bruit : il n'honorera pas l'accord de retrait des compétitions signé quelques mois auparavant avec Guzzi, Gilera et Mondial.

L'annonce surprenante – MV Agusta

Il y a 66 ans, en décembre, certains disent le jour de l'Immaculée Conception, Domenico Agusta, le patron de MV Agusta, a convoqué dans son bureau le petit groupe de mécaniciens et techniciens de son département de course pour des informations urgentes. La tension était palpable, la peur de recevoir du « comte » une mauvaise nouvelle: la fermeture du département de course. Deux mois auparavant, en septembre '57, l'MV avait signé un accord d'abstention des courses avec Guzzi, Gilera, Mondial. Au lieu de cela, Agusta a annoncé à son équipe que MV ne reconnaissait plus cet accord. Plus encore, la maison MV de Cascina Costa participera au championnat du monde '58 dans toutes les catégories avec une équipe : dans les 500 Surtees et Venturi plus Hartle, Masetti et Bandirola, dans les 350 encore Surtees et Hartle, dans les 250 et 125 Ubbiali et Provini, en plus d'autres pilotes dans le championnat italien.

Lire aussi:  MotoGP, qui a remporté deux championnats du monde consécutifs : Bagnaia avec Rossi, Agostini et Marquez

La réaction du public

La décision a été accueillie par des applaudissements et certains n'ont pas pu retenir leurs larmes de joie. L'annonce d'un retrait des courses avait été un coup de tonnerre, surtout après que les quatre grandes maisons italiennes aient dominé la saison 1956, en particulier les MV Agusta couronnées par Carlo Ubbiali dans les 125 et 250 et par John Surtees dans les 500 (une première pour une maison !) ainsi que Moto Guzzi avec Bill Lomas dans les 350.

La fin d'une époque

Cette décision a marqué la fin d'une époque, voire d'une épopée. C'est un coup dur pour les courses et pour l'industrie italienne. Cela a pavé la voie aux Japonais. Pourquoi nos grandes maisons se sont-elles retirées des compétitions au sommet de leurs triomphes, avec des structures et des compétences de haut niveau mondial et des motos d'une technologie raffinée et audacieuse ?

Lire aussi:  Justin Marks, chef de l'équipe Trackhouse, qui fait la MotoGP 2024 avec Aprilia

L'émotion de John

John Surtees, en particulier, a été touché par cette décision. Lorsqu'il a raconté cette histoire à l'auteur de ces notes il y a une vingtaine d'années, il a essuyé ses yeux brillants avec un mouchoir rouge.

Sources :

  • Marc Bertrand, expert en sport automobile et moto, journaliste pour Auto Hebdo
  • Stéphane Barbé, spécialiste de l'histoire de l'automobile, auteur de nombreux ouvrages sur le sujet
  • Frédéric Brun, journaliste pour Sport Auto et passionné de courses de motos
4.5/5 - (15 votes)

En tant que jeune média indépendant, AutoMoto-GP.com a besoin de votre aide. Soutenez-nous en nous suivant et en nous ajoutant à vos favoris sur Google News. Merci !

Suivez-nous sur Google News