Accueil Moto GP MotoGP Jerez : Fabio Quartararo n’a « rien signé », mais Yamaha est « confiant ».

MotoGP Jerez : Fabio Quartararo n’a « rien signé », mais Yamaha est « confiant ».

276
0

Après le titre de l’année dernière, la prolongation du partenariat Quartararo-Yamaha pour une cinquième saison et au-delà semblait une formalité.

Mais les doutes ont commencé à s’installer lorsque les essais de pré-saison ont révélé un manque d’améliorations techniques pour la M1, malgré la fin d’un gel de deux ans sur la conception du moteur.

Plus particulièrement, Yamaha n’a pas réussi à combler le déficit de vitesse de pointe de la M1, le seul domaine où Quartararo avait plaidé pour des progrès.

Bien qu’ayant une avance considérable sur les autres pilotes Yamaha lors des premiers tours de piste, Quartararo est retourné en Europe avec seulement un podium sur le mouillé à Mandalika et pas un seul classement dans les six premiers sur le sec.

Si les faibles performances de Yamaha ont pu aider les constructeurs rivaux à tenter le jeune Français, en réalité, aucune usine ne s’est distinguée lors des premiers tours.

Ducati a remporté deux des quatre courses avec Enea Bastianini, mais avec la moto de l’année dernière. KTM a gagné sur le mouillé à Mandalika, puis Aleix Espargaro a marqué l’histoire d’Aprilia en Argentine. La nouvelle machine de Honda a décroché un podium, avec deux rostres pour Suzuki. Quartararo fait partie des dix pilotes qui sont montés sur le podium.

Quartararo a ensuite remporté la victoire à Portimao, la première pour lui et Yamaha depuis Silverstone la saison dernière, propulsant la n°20 en tête du championnat.

Lire aussi:  MotoGP Thaïlande - Miguel Oliveira gagne sous la pluie

Un tel élan aura sûrement aidé la cause de Yamaha, mais le directeur général de l’usine, Lin Jarvis, sait que la clé est de convaincre Quartararo que Yamaha sera beaucoup plus forte à partir de 2023.

« Fabio ne signera pas avec nous sur la base du package de cette année. Il s’agira de savoir s’il a confiance dans notre offre pour 2023 et 2024. » Jarvis a déclaré Speedweek.com.

« Nous avons été très ouverts et honnêtes avec lui. Nous nous sommes excusés auprès de lui pour les difficultés que nous lui avons causées cette année et qui sont toujours là.

« Nous avons expliqué quel est notre plan pour l’avenir… Je sens que Fabio comprend que nous reviendrons avec le paquet le plus fort possible et avec un investissement qui fera toute la différence l’année prochaine. »

Yamaha est confiant et espère de bonnes nouvelles en juin.

Ces mots optimistes suggèrent que, bien qu’aucun accord n’ait encore été officiellement signé, les deux parties sont essentiellement d’accord sur tous les domaines principaux du nouveau contrat.

« Je pense que nous parviendrons à un accord avec Fabio, également sur l’aspect financier. Je le crois. Je suis confiant à ce sujet maintenant », a déclaré Jarvis.

« Je m’attends à ce que la collaboration avec se poursuive pendant les deux prochaines années.

« Dans le même temps, je tiens à souligner que nous ne sommes pas encore près de signer un contrat. Il y a encore quelques détails à discuter. Mais je suis confiant que nous pourrons rendre public une bonne nouvelle en juin. »

Lire aussi:  Darryn Binder : Si je ne peux pas rester en MotoGP, je serai heureux en Moto2

Fabio Quartararo :  » Je n’ai rien signé « .

Après s’être qualifié en deuxième position à Jerez, ce qui pourrait donner lieu à un duel tant attendu avec dimanche, Quartararo a maintenu sa position de ne pas commenter en détail son avenir.

« Mon manager discute bien sûr avec Yamaha mais pendant le week-end de course, je préfère me concentrer sur mes affaires et de retour à la maison, nous discutons toujours du week-end et de notre avenir », a-t-il déclaré.

« Lundi, j’aurai plus d’informations, mais je peux dire que je n’ai rien signé ».

Bagnaia (Ducati), vice-champion du monde en titre, est l’un des quatre pilotes confirmés à ce jour sur la grille de départ de 2023. Les autres sont Marc Marquez (Repsol Honda), Brad Binder (Red Bull KTM) et Franco Morbidelli, le coéquipier de Quartararo chez Monster Yamaha.

Morbidelli a été le deuxième meilleur pilote Yamaha lors des qualifications à Jerez, mais il n’a terminé qu’en 16ème position, ce qui souligne la dépendance actuelle de l’usine envers Quartararo.

Quartararo a connu un succès presque instantané après avoir rejoint le avec l’équipe satellite SRT Yamaha en 2019. Le Français a ensuite été promu dans l’équipe officielle, à la place de Valentino Rossi, pour 2021.

Article précédentMarquez n’est pas déçu par la moto MotoGP 2022 de Honda.
Article suivantMotoGP Jerez : Jack Miller : « Nous devons trouver une solution », les plaques humides sont « effrayantes ».