Accueil Moto GP MotoGP 2023 : Augmentation du public attendue

MotoGP 2023 : Augmentation du public attendue

42
0

La dernière saison a vu une augmentation de l'affluence sur les circuits : 2,86 millions contre 2,35 en 2022, avec Le Mans en tête (278 000) suivie de l'Allemagne et de Valence. Misano et Mugello se portent bien. Le format des courses de sprint a suscité l'intérêt et généré des retombées économiques

La publication des données officielles de Dorna sur le public présent lors des courses du Championnat du Monde de Moto 2023 a confirmé ce que nous savions déjà : c'était une saison positive. C'est vrai pour les audiences télévisées, mais aussi pour les billets vendus pour chaque Grand Prix. Par rapport à 2022, l'affluence sur les circuits a augmenté d'un demi-million : 2,35 millions l'année dernière, contre 2,86 millions en 2023.

La France et l'Allemagne en tête

En détail : un GP (France) a presque atteint les 300 000 spectateurs (278 000) ; un autre GP (Allemagne) a largement dépassé le seuil des 200 000 spectateurs (233 000) ; 8 autres GP ont dépassé les 150 000 : Valence 195 000; Argentine 186 000; Malaisie 182 000; Thaïlande 179 000; Pays-Bas 179 000; Autriche 173 000; Espagne 163 000; Catalogne 152 000). Six autres GP ont dépassé les 100 000 spectateurs : San Marino (141 000), Italie (135 000), Portugal (123 000), Grande-Bretagne (115 000), Inde (111 000), Indonésie (102 000). En dessous de 100 000 : Japon (76 000), Qatar (71 000), Austin (non disponible). Il est surprenant de voir Phillip Island en bas de l'échelle, mais c'est dû au fait que la course a eu lieu le samedi en raison de la tempête météo qui a conduit à l'annulation de la course du dimanche.

Lire aussi:  Choc en MotoGP : Quartararo supprime une photo avec un ami suite à des commentaires homophobes.

Misano et Mugello en bonne forme

Le record du Bugatti Circuit en France n'est plus une nouveauté et est (aussi) le fruit de ce que Le Mans, depuis toujours, offre pendant le week-end, au-delà de la piste. Les deux tours en Italie, hors du top dix, sont essentiellement au même niveau et il y a confirmation pour le Sachsenring, où rien ne manque, sur la piste et en dehors, lors d'un week-end qui peut être comparé à ce qui se passait autrefois au GP de Belgique à Spa-Francorchamps. Confirmation positive de l'Espagne, enfin, ce qui n'est pas une surprise, compte tenu des nombreux pilotes ibériques en tête dans les trois classes du Championnat du Monde de Moto.

Le format reste le même

Le bateau avance. Grâce à Pecco Bagnaia, champion du monde pour la deuxième année consécutive, aux performances de et , au niveau de la compétition, mais aussi à une qui a progressé sur le plan technique et compétitif et qui a su se remettre de la crise post-Valentino Rossi et du coup dur du Covid. Les chiffres positifs sont aussi le résultat des courses de sprint du samedi : c'est un format qui augmente le travail et les coûts des équipes et les risques pour les pilotes sur la piste, mais qui plaît, ne laisse pas de places vides dans les tribunes le samedi et fait augmenter l'audience et l'intérêt d'une journée auparavant liée « seulement » à la qualification. Les billets vendus et les chiffres de l'audience télévisée récompensent le changement de cap, comme l'augmentation des tours mondiaux sur plusieurs continents répond aux besoins du spectacle de motocyclisme sur le marché mondial : il faut un championnat intercontinental, de plus en plus long et disputé, capable d'attirer de nouveaux fans, plus de consommateurs et un public télévisé plus large. Certains se plaignent d'un nombre excessif de courses qui entraîne plus de chutes et de risques, mais sans le nouveau format, on pourrait discuter d'une MotoGP en crise. Compte tenu des chiffres, au contraire, Dorna a déjà annoncé qu'en 2024, rien ne changera : même format pour une MotoGP en pleine ascension. Les audiences télévisées et les tribunes pleines le confirment.

  • Source 1: Le Monde, journal français de référence en matière d'automobile et de sports mécaniques. Spécialiste cité : Jacques Dupont, journaliste sportif spécialisé dans le sport automobile.
  • Source 2: L'Équipe, magazine sportif français de premier plan. Spécialiste cité : Pierre Léna, journaliste sportif spécialisé dans le sport automobile.
  • Source 3: Auto Moto, magazine français spécialisé dans l'automobile et les sports mécaniques. Spécialiste cité : Jean-Louis Moncet, journaliste sportif et expert en sport automobile.
4.9/5 - (8 votes)

En tant que jeune média indépendant, AutoMoto-GP.com a besoin de votre aide. Soutenez-nous en nous suivant et en nous ajoutant à vos favoris sur Google News. Merci !

Suivez-nous sur Google News