Accueil Indycar Mears s’adapte à son nouveau poste avec l’équipe Penske

Mears s’adapte à son nouveau poste avec l’équipe Penske

146
0

La légende de l’Indianapolis 500, qui n’a jamais eu recours à un guetteur lorsqu’il était pilote, s’adapte maintenant au fait de ne plus être le guetteur le plus célèbre de l’Indianapolis Motor Speedway.

Rick Mears, le quadruple vainqueur de l’Indianapolis 500, a déclaré qu’il avait quitté son poste au sommet du virage 3 parce qu’il était de plus en plus difficile pour ses yeux de 69 ans de distinguer les voitures qui s’approchaient à plus de 220 mph.

Mears a également décidé de réduire ses déplacements et de travailler depuis la voie des stands lorsqu’il était conseiller officiel de l’équipe Penske. Cette semaine, Mears s’est rendu dans les stands du pilote débutant de l’équipe, Scott McLaughlin, pour écouter les communications radio avec son ingénieur, Jonathan Diuguid.

L’ironie de la longue expérience de Mears en tant que spotter est qu’il n’a jamais été un fan de l’idée que les pilotes aient quelqu’un qui leur serve d’observateur supplémentaire. Oui, Mears soutient l’utilisation de spotters au nom de la sécurité, en particulier dans un sport où les taux de fermeture sont incroyables, mais il souhaite que les pilotes développent la conscience spatiale nécessaire pour travailler seuls.

« C’est mon travail », a-t-il dit à propos de la conduite de la voiture. « Si je fais un meilleur travail dans le trafic que quelqu’un d’autre, alors je l’ai gagné. Avec un guetteur, vous aidez (les autres pilotes) à faire ce que je fais, et j’ai perdu un outil. »

À IMS, les pilotes utilisent des spotters dans les virages 1 et 3, et ils les aident à savoir quand ils ont dégagé la voiture qu’ils dépassent. Mais Mears a déclaré que cette logique était erronée.

« Si un pilote sait ce qui se passe, il peut entrer dans un trou avant même que je puisse lui dire (qu’il est ouvert) », a-t-il déclaré. « Si le conducteur attend (l’autorisation du guetteur), ce trou peut s’être déjà refermé. »

Mears dit qu’il a prêché ce message aux jeunes conducteurs avec lesquels il a travaillé au fil des ans.

« J’ai toujours dû le vendre comme un avantage, qui est de ne pas (compter sur le spotter) », a-t-il dit. « Un conducteur doit penser par lui-même ».

Mears ne se souvient pas quand sa carrière de spotter a commencé, mais l’un de ses premiers relais était avec Gil de Ferran. Mears était positionné haut dans le virage 2, et il se souvient d’avoir traversé la foule pour sortir, et d’avoir constaté que sa voiture de golf avait disparu.

Lire aussi:  Les coéquipiers de Mercedes Formule E vont faire des essais avec les équipes INDYCAR

Pendant des années, Mears a travaillé avec Helio Castroneves, bien que Mears ait dit que le Brésilien qui a gagné trois « 500 » n’avait pas besoin – ou ne voulait pas – beaucoup d’informations radio de ses spotters autour de la piste.

« Helio était génial, il était de la vieille école », a déclaré Mears. « Il était assez conscient de ce qui se passait autour de lui à tout moment ».

Dans le style typique de Mears, il a fait cette transition de lieu en douceur, en grande partie parce qu’il sait écouter et qu’il excelle dans le traitement de l’information. Entendre McLaughlin et Diuguid communiquer lui permet de « se faire une idée », puis il offre ses informations lorsqu’ils se regroupent dans le garage.

« En procédant de cette façon, je peux penser à davantage de suggestions de lignes et de modèles (de conduite) », a déclaré Mears. « Quand on s’assoit et qu’on réfléchit à ce que fait la voiture et comment elle le fait, je peux dire : ‘Voici comment vous pouvez l’aider – (avec) une entrée plus tardive, plus loin dans le virage, une entrée moins profonde’.

« Je n’aide plus dans le temps immédiat, mais j’aide davantage quand (McLaughlin) commence à penser à l’art de la course et à ce genre de choses. »

Le musée de l’Indianapolis Motor Speedway rend hommage à Mears à l’occasion du 30e anniversaire de sa quatrième victoire épique aux « 500 ». L’exposition se tiendra jusqu’en mars 2022.

Paretta : la sécurité et la concurrence vont déterminer la sélection des équipages

Paretta Autosport travaille avec un grand nombre de femmes qui aspirent à jouer un rôle dans la NTT INDYCAR SERIES, mais la propriétaire de l’équipe, Beth Paretta, a déclaré mercredi que l’équipage de la Chevrolet Rocket Pro TPO n°16 de Simona De Silvestro dans cet Indianapolis 500 sera composé des personnes les plus qualifiées.

« Nous verrons au fur et à mesure de la semaine qui peut passer par-dessus le mur », a déclaré Paretta à propos des femmes qui l’ont rejointe lors de la disponibilité de mercredi dans le centre média DEX Imaging d’IMS. « Voici la chose : si nous n’avons aucune femme franchissant le mur pour l’Indy 500, vous les verrez à la prochaine course (de l’équipe). C’est une question de progrès.

« Le simple fait de voir cette équipe et le chemin parcouru en quatre mois (depuis l’annonce du programme), c’est ainsi que je mesure nos progrès. Chaque fois que nous pouvons intégrer et ajouter une femme de plus dans un rôle clé, c’est ce que nous allons atteindre.

Lire aussi:  Les conducteurs prennent la route pour plus d'action au cours des deux prochains week-ends

« Est-ce qu’il y aura 100 % (de femmes) de l’autre côté du mur ? Non. Nous allons donner la priorité à la sécurité et à la compétition. »

Faux-fuyants

  • Max Chilton, le pilote de la Chevrolet Carlin n°59, s’est classé deuxième dans le rapport d’interdiction de remorquage du jour, qui ne tient pas compte des voitures qui roulent dans le brouillon. Il a terminé troisième à 220,799 mph. Alexander Rossi, d’Andretti Autosport, a pris la tête de cette catégorie à 221,114 mph sur la Honda NAPA AUTO PARTS/AutoNation n°27.
  • Deux des voitures de l’équipe Ed Carpenter Racing avaient les vitesses pièges les plus rapides au bout de la première ligne droite. Conor Daly était premier sur la Chevrolet n°47 U.S. Air Force (237.978 mph), et Ed Carpenter deuxième sur la Chevrolet n°20 SONAX (236.833 mph).
  • Carpenter a eu la citation du jour : « Je pense qu’il y a plus de voitures qui ont l’air bien que moins bien. » Et Carpenter a poursuivi avec cette citation sur le fait que INDYCAR a eu cinq gagnants différents dans les cinq premières courses. « Je commençais à en avoir assez que Scott (Dixon) gagne toutes les courses », a-t-il dit, en plaisantant, alors que Dixon était assis sur le même podium de la conférence de presse.
  • Tony Kanaan et Jimmie Johnson ont partagé la voiture n°48 de Chip Ganassi Racing cette saison, mais ils n’ont pas encore été sur la même piste au même moment. Cela changera à IMS lorsque Johnson sera là pour diffuser les « 500 » avec NBC.
  • Juan Pablo Montoya, double vainqueur de l’Indianapolis 500 au volant de la Chevrolet Arrow McLaren SP n°86, a peut-être donné le meilleur conseil aux équipes les moins expérimentées du paddock. « C’est une longue semaine qui nous attend », a-t-il déclaré. « Il y a de nombreuses façons de tout gâcher, alors essayez d’éviter la plupart d’entre elles ».
  • Linda Price, un visage amical et une travailleuse infatigable dans la billetterie de l’Indianapolis Motor Speedway depuis 1976, a agité le drapeau vert pour commencer les essais aujourd’hui. Linda Price prend sa retraite à la fin de l’année après avoir passé près d’un demi-siècle au service des détenteurs de billets d’IMS.