Accueil Formule 1 Mazepin remet en question les « valeurs » de la F1 dans le cadre...

Mazepin remet en question les « valeurs » de la F1 dans le cadre du conflit de sponsoring entre Haas et Uralkali.

224
0

Le pilote russe a été lâché par l’équipe Haas à la veille de la saison en raison de l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Haas a estimé qu’il était intenable de continuer avec lui et ses bailleurs de fonds, et a donc également mis fin à son accord de parrainage du titre avec la société Uralkali dirigée par le père de Mazepin, Dmitry.

Immédiatement après la rupture du sponsoring, Uralkali a exigé que Haas rembourse les paiements pour la saison 2022 qu’elle avait effectués en avance puisque l’accord ne se poursuivait pas.

Cependant, Haas a répondu et a clairement indiqué qu’elle ne rembourserait pas les 13 millions de dollars – et a en outre exigé 8,6 millions de dollars supplémentaires en compensation de la perte de bénéfices.

La rupture des relations avec Haas rend les retrouvailles improbables à l’avenir, mais cela n’empêche pas Mazepin d’espérer retrouver le chemin de la .

Cependant, avant de pouvoir envisager ses options pour l’avenir, il estime que des questions doivent être posées sur la façon dont les équipes sont autorisées à se comporter.

S’adressant à CNN’s Quest est un homme d’affaires Dans son programme, Mazepin a minimisé toute suggestion selon laquelle sa neutralité politique à l’égard de la guerre en Russie serait retenue contre lui lors d’un éventuel retour en F1.

Lire aussi:  Norris dit que le résultat du GP d'Arabie Saoudite est "énorme" pour McLaren.

« Tout le monde a le droit de parler ou de ne pas parler et la FIA, la plus haute instance dirigeante, m’a permis de concourir tant que je reste neutre », a-t-il déclaré.

« Mais je dirais que le plus gros problème ici est de revenir à un sport où les équipes sont autorisées à garder l’argent des sponsors sans respecter le contrat. Et même en demander plus, même si elles disent ne pas vouloir d’argent de la Russie. Donc je ne suis pas sûr, mais les valeurs du sport doivent être évaluées pour moi après ça. »

Mazepin estime qu’il a plus à donner en F1, sa saison de rookie en 2021 coïncidant avec Haas qui se débat avec une voiture peu compétitive.

Interrogé sur ses perspectives de trouver un siège en grand prix à l’avenir, Mazepin a déclaré : « C’est difficile à dire à l’heure actuelle, parce que je suis très méfiant que mon problème est que j’ai perdu un emploi.

« J’ai essayé d’aller en F1 pendant 17 ans et j’ai fini par y arriver. Mais c’est un problème très mineur si vous le comparez aux grandes choses qui se passent dans le monde en ce moment.

Lire aussi:  SAY WHAT ? Verstappen, Gasly et Magnussen figurent tous dans la meilleure radio d'équipe de Bahreïn.

« Bien sûr, j’aimerais revenir dans ce sport. Je sens que j’ai beaucoup d’affaires inachevées là-bas. Mais je dois attendre que les choses se calment. Et je ne sais même pas avec qui je peux revenir parce que, vous savez, Haas a évidemment fait ce qu’ils ont fait en ne jouant pas le jeu le plus propre, à mon avis. Mais c’est différent pour moi. »

Bien que Mazepin ait été réticent à commenter son opinion sur l’invasion de l’Ukraine par la Russie, il admet que la situation est « douloureuse » pour lui à observer.

« Mon avis est que, quoi qu’il se passe en ce moment, et je ne peux en voir qu’une toute petite partie de là où je suis à Moscou, c’est très douloureux », a-t-il expliqué. « Et je le ressens vraiment.

« Je vis depuis 23 ans, et je vivais dans un monde très calme. Mais en ce qui concerne ma position officielle, j’ai dit à plusieurs reprises qu’il est très important d’être neutre pour moi, parce que je suis un athlète. Et je pense qu’il est important de pouvoir être neutre. Même pour cela, j’ai créé une fondation qui aidera les athlètes à rester neutres en principe. »

Article précédentLe juge de Miami veut des preuves du préjudice « inévitable » causé par le bruit de la F1 dans le procès intenté par les résidents.
Article suivantLe problème persistant des courses de vitesse de la F1, qui est le pire pour 2022 ?