Accueil Indycar Le populaire vétéran de l’Indianapolis 500 Ongais meurt à 79 ans

Le populaire vétéran de l’Indianapolis 500 Ongais meurt à 79 ans

192
0

Danny Ongais, le pilote hawaïen admiré par les fans et les concurrents pour sa vitesse et sa bravoure au cours d’une carrière de trois décennies aux Indianapolis 500, est décédé le 26 février de complications cardiaques congestives à Anaheim Hills, en Californie. Il avait 79 ans.

Le polyvalent Ongais a pris 11 départs à l’Indianapolis 500 entre 1977 et 1996, avec quatre places dans le top 10. Ses meilleures années à Indianapolis Motor Speedway se sont déroulées avec Interscope Racing et son châssis Parnelli et Penske n°25 équipé de moteurs Cosworth, avec un meilleur résultat de quatrième place en 1979 et un meilleur départ de deuxième place à côté du poleman Tom Sneva en 1978.

Ongais est l’un des deux seuls natifs d’Hawaï à prendre le départ du « plus grand spectacle de la course ». Les fans ont inclus son héritage dans son surnom « The Flyin’ Hawaiian », et les surnoms « On-Gas » et « On the Gas » étaient des jeux de mots sur son nom de famille.

Né le 21 mai 1942 à Kahului, Hawaii, Ongais a commencé l’une des carrières les plus polyvalentes de tous les pilotes de son époque dès l’adolescence, en remportant un titre de l’État d’Hawaii en course de moto en 1960.

Ongais a également commencé à participer à des courses de dragsters au début des années 60 et est devenu l’un des meilleurs concurrents en ligne droite aux États-Unis au début des années 70.

Il a terminé deuxième derrière Mike Snively dans la catégorie Top Fuel lors des NHRA U.S. Nationals de 1966 après avoir battu le légendaire Don « The Snake » Prudhomme en demi-finale au Raceway Park d’Indianapolis.

Ongais a ensuite remporté la catégorie Funny Car lors des NHRA U.S. Nationals 1969 à l’IRP, l’événement le plus prestigieux de la course de dragsters, dans une Ford Mach 1 Mustang bleue distincte alignée par Mickey Thompson. Cette victoire survient un an après que Thompson ait essayé d’inscrire Ongais à l’Indianapolis 500 de 1968, mais Ongais a été refusé parce qu’il n’avait presque aucune expérience des voitures de course à roue ouverte.

Lire aussi:  Helio scelle sa légende avec sa quatrième victoire aux 500 d'Indianapolis

Thompson et Ongais ont également fait équipe pour établir près de 300 records de vitesse nationaux et internationaux sur le Bonneville Salt Flats dans une Mustang Mach 1 au cours des années 1960.

Les succès d’Ongais en compétition en ligne droite lui ont valu d’être intronisé au Motorsports Hall of Fame of America en 2000 dans la catégorie Drag Racing.

Le service dans l’armée américaine au début des années 1960 a permis à Ongais de découvrir les courses de voitures de sport en Europe, et il est passé des pistes de dragster aux circuits ovales et routiers au milieu des années 1970. Ongais domine les compétitions SCCA en 1974, attirant l’attention du jeune magnat des médias Ted Field, qui vient de fonder le label Interscope Records.

Ongais et Field ont fait équipe avec succès en Formule 5000 et dans la série INDYCAR à la fin des années 1970. Il a également participé à quatre courses de en 1977 et 1978, dont deux départs avec Interscope, avec un meilleur résultat de septième place en 1977 au Grand Prix du Canada.

La meilleure saison pour Ongais et l’équipe Interscope s’est déroulée en 1978, lorsqu’il a remporté cinq courses et huit poles pour terminer à la huitième place du classement USAC.

Au cours de cette saison 1978, Ongais part au milieu de la première ligne de tête des 200 mph à Indianapolis, entre le poleman Sneva et le débutant Rick Mears.

Le succès d’Ongais et de Field avec l’équipe Interscope s’étend également à la course de voitures de sport, Field étant également pilote. Ils ont fait équipe avec le légendaire Hurley Haywood pour remporter la Rolex 24 At Daytona en 1979 avec le prototype Porsche 935 d’Interscope.

Lire aussi:  Imperial Supplies nommé partenaire officiel d'IMS et d'INDYCAR

Si Ongais est connu pour sa vitesse fulgurante à Indianapolis et ailleurs, il attire également l’attention pour avoir survécu à certains des accidents les plus violents de son époque. Ongais a été gravement blessé lors d’un accident frontal lors des 500 km d’Indianapolis en 1981, et a manqué le reste de la saison pour se rétablir.

En 1985, il a également survécu à un spectaculaire tonneau sur le Michigan International Speedway après avoir heurté l’arrière de la voiture de Phil Krueger, plus lente, sur le backstretch.

Ongais a chuté lors des essais et a subi une commotion cérébrale en 1987 à Indianapolis alors qu’il pilotait pour l’équipe Penske, ce qui l’a obligé à manquer la course. Al Unser a été nommé comme remplaçant d’Ongais et a conduit à sa quatrième victoire aux « 500 » dans une voiture de secours qui avait été une voiture d’exposition plus tôt en mai dans un hôtel de Reading, en Pennsylvanie.

Les circonstances tragiques d’un accident ont également conduit à la dernière course d’Ongais à Indianapolis, en 1996. Le détenteur de la pole Scott Brayton a subi des blessures mortelles lors d’un entraînement post-qualification, et le propriétaire de l’équipe John Menard a engagé Ongais comme pilote de remplacement. Ongais, qui participait à 54 ans à ses premières « 500 » depuis 1986, a terminé à une honorable septième place après être parti de l’arrière du peloton.

La dernière tentative d’Ongais à Indianapolis a eu lieu en 1998, lorsqu’il n’a pas réussi à se qualifier dans une voiture de l’équipe Pelfrey. La carrière d’Ongais à l’Indy 500 s’est terminée par quatre courses où il a mené la course pendant 79 tours au total. Il a également enregistré le tour le plus rapide de la course, 192,678 mph, en tant que rookie en 1977.

Article précédentOcon est à  » un degré  » d’avoir le même accident de F1 que Schumacher
Article suivantCe que les équipes ont dit – Qualifications en Arabie Saoudite