Accueil Formule 1 Le marsouin comme « barrière virtuelle » aux progrès d’Aston Martin en F1

Le marsouin comme « barrière virtuelle » aux progrès d’Aston Martin en F1

192
0

Avec son partenaire moteur Mercedes, Aston Martin est l’une des équipes les plus touchées par le marsouin.

Alors que certaines équipes rivales ont réussi à réduire ce problème et que semble être en mesure de le résoudre sans compromettre les performances, Aston a été obligée d’augmenter la hauteur de caisse de sa voiture, ce qui a eu un impact désastreux sur son aérodynamisme.

Sebastian Vettel a obtenu le meilleur résultat de la saison pour l’équipe lors du Grand Prix d’Émilie-Romagne du week-end dernier en terminant huitième, mais Krack est clair : cela ne signifie pas que l’équipe a résolu ses problèmes.

« Je pense que nous ne pouvons pas explorer le potentiel aérodynamique de la voiture à cause du marsouin », a déclaré Krack.

« Et cela met comme une barrière virtuelle sur la distance que nous pouvons aller. Donc nous ne pouvons pas extraire la performance que la voiture a vraiment, c’est le principal problème. »

Krack dit que la voiture sera améliorée dans « quelques courses », ce qui implique que des mises à jour sont à venir pour le Grand Prix d’Espagne à Barcelone.

Cependant, il est réticent à l’idée d’être trop lié à une déclaration publique de la date à laquelle de nouvelles pièces sont prévues sur la piste, et de l’impact qu’elles sont susceptibles d’avoir.

« Je pense que dans quelques courses, nous serons en meilleure forme », a-t-il déclaré. « Il serait stupide de dire, dans la course X ou la course Y, parce que même si vous apportez de nouvelles pièces, vous avez toujours besoin de les comprendre.

Lire aussi:  Conférence de presse post-course de la FIA - Singapour

« Et vous devez comprendre quel travail vous avez fait. Disons, par exemple, que nous apportons un gros paquet à Miami, et qu’il y a de la pluie ou autre, et que nous ne réussissons pas à le faire fonctionner.

« Vous créez beaucoup d’attentes, et ensuite tout le monde va considérer que vous avez échoué. Prenez le sprint [at Imola]nous n’avons qu’une seule session le vendredi, vous apportez une grosse mise à jour, et vous n’avez aucune chance de la tester, ou de valider si elle fonctionne ou non.

« De ce point de vue, je pense qu’il est très important de ne pas dire un événement spécifique, surtout au monde extérieur.

« Je veux dire, nous avons nos plans internes, vous comprendrez que je ne veux pas entrer dans les détails là. Mais je pense que dans quelques courses, nous devrions être en meilleure forme. »

Krack dit que l’équipe préfère apporter de petites mises à jour régulières plutôt que de s’engager dans un paquet majeur.

« Pour nous, nous voulons apporter des mises à jour à chaque course, donc nous voulons avoir un développement continu, et apporter des mises à jour tout le temps.

« Parfois elles sont un peu plus grandes, parfois elles sont un peu plus petites, mais il est important de maintenir le développement en vie et de ne pas s’arrêter.

Lire aussi:  GRILL THE GRID : Les pilotes de 2022 s'attaquent au deuxième round, et nous découvrons qui est un pro du Turn 1.

« Évidemment, à un moment de la saison, vous devez vous arrêter et vous concentrer sur la voiture de l’année suivante, mais nous en sommes assez loin pour le moment. »

Après que l’équipe ait subi quatre accidents au cours du week-end de Melbourne, Krack craignait que les mises à jour prévues pour Imola ne doivent être reportées en raison de la concentration de la fabrication sur le remplacement des pièces endommagées. Cependant, l’équipe a finalement réussi à faire fabriquer les nouveaux éléments à temps.

« Nous avons réussi, grâce à un énorme effort de l’équipe à Silverstone, à ne pas retarder la mise à jour et à avoir des pièces de rechange », a-t-il déclaré.

« Nous ne pouvons pas non plus faire ça toutes les semaines. Parce que sinon, c’est juste immense, ce qui n’a pas été réalisé. »

Concernant l’impact des accidents sur le plafond budgétaire, il a ajouté : « Nous devons nous inquiéter, les accidents figurent toujours dans votre calcul. Il ne faut donc pas en avoir à chaque course, sinon on se retrouve très tôt dans le rouge profond.

« Donc oui, nous avons ça sur le radar. C’est toujours sous contrôle. Il y a des dispositions pour ce genre de choses, mais ça ne doit pas arriver à chaque course. »

Article précédentGrand Prix d’Espagne Moto2 2022, Jerez – Résultats des essais libres (2)
Article suivantGallagher et Penske Entertainment annoncent un partenariat