Accueil Moto GP La moto Ducati MotoGP 2022 « toujours difficile à manier » – Zarco

La moto Ducati MotoGP 2022 « toujours difficile à manier » – Zarco

158
0

On s’attendait à ce que Ducati démarre sur les chapeaux de roue en 2022, son nouveau challenger ayant entamé l’hiver avec la meilleure moto du plateau.

Mais les changements apportés à la Desmosedici ont nécessité une période d’adaptation beaucoup plus longue pour ses pilotes lors des premières courses, son nouveau moteur entraînant des problèmes de baisse de puissance à l’accélération.

La Ducati la plus en vue en 2022 est celle d’Enea Bastianini de Gresini, qui a gagné deux fois et est quatrième dans les points sur sa moto de 2021 – bien que l’Italien ait chuté lors de la course de Portimao le week-end dernier.

Au Portugal, Zarco s’est imposé comme le leader de Ducati sur sa GP22, prenant la pole et terminant deuxième – mais il n’est pas d’accord avec l’idée que le résultat à Portimao est dû aux courses européennes qui montrent une image plus claire de la hiérarchie.

« Je comprends quand on pense que l’Europe sera un nouveau départ pour voir qui est fort ou qui peut avoir plus de problèmes en course », a déclaré Zarco.

« Mais cette saison, il y a trop de pilotes prêts pour le podium, et même moi pour ce week-end, je ne pouvais pas m’attendre à une course aussi forte que celle-ci.

Lire aussi:  GP de France MotoGP 2022 : Résultats des qualifications et grille de départ

« Donc, je fais partie de ces gars qui espèrent gagner ou avoir la chance de gagner, pour être sur le podium.

« Donc, de cette façon, le championnat sera vraiment difficile pour tout le monde. Mais ici, celui qui a montré qu’il avait le rythme et qui a repris sa place de leader, c’est Fabio. [Quartararo]il l’a fait parfaitement.

« Mais ce n’est pas vraiment l’image du début de l’Europe ». [season].

« C’est juste parce que nous sommes ici à Portimao, il a fait une course incroyable l’année dernière et il pourrait le faire maintenant.

« Donc, moi, je prends ce positif et j’améliore encore ce sentiment parce que la Ducati fonctionne bien mais c’est encore parfois difficile de tout gérer.

« Donc, une fois que nous – je dis nous, parce que les huit pilotes comptent pour Ducati – pouvons gérer le potentiel, nous pouvons mettre plus de Ducati au sommet. »

En parlant de sa course, Zarco a déclaré que la clé de sa montée sur le podium a été la façon dont il a été en mesure de récupérer des positions très tôt après avoir été abandonné de la pole – ce qui lui a permis d’éviter d’être pris dans l’enchevêtrement entre Joan Mir et Jack Miller.

Lire aussi:  Pourquoi Ducati détient tout le pouvoir dans le dilemme du pilote MotoGP.

« Plutôt heureux clairement, car la pole position était la première étape du bonheur », a-t-il ajouté.

« Et la course a été formidable. J’ai perdu du temps au départ, mais je pouvais voir que je me sentais bien sur les freins.

« Donc, cela m’a donné une bonne confiance et immédiatement j’ai essayé de regagner mes positions perdues.

« Donc, quand j’ai dépassé Alex Marquez et Jack Miller, c’était le point clé de la course pour moi parce qu’en troisième position, je me sentais bien derrière Joan Mir, mais pas assez bien pour me faire penser que je pouvais rattraper Fabio.

« Donc, c’était mieux de rester derrière Joan Mir et de rester concentré derrière lui, de garder la concentration. Ensuite, quand Jack Miller est revenu, j’étais content d’avoir pris la décision de prendre la deuxième place parce que je savais qu’ils avaient eu un accident ensemble.

« Donc, peut-être que j’ai évité un gros accident de cette façon, en étant calme. J’avais assez peur à la fin avec Aleix Espargaro parce qu’il vit un grand moment de sa carrière, donc je sais qu’il pourrait être plus fort à la fin et je pourrais gérer assez d’énergie pour faire un effort supplémentaire dans le dernier tour. »

Article précédentF1 NATION : Adrian Newey parle de la lutte entre Red Bull et Ferrari – et de l’équipe la plus rapide.
Article suivantLa RB18 plus légère a encore besoin d’un plan « Weight Watchers » pour la F1, selon Red Bull.