Accueil Formule 1 La FIA fait barrage à l’expansion des courses de sprint en F1

La FIA fait barrage à l’expansion des courses de sprint en F1

199
0

A la suite d’une réunion de la Commission à Londres, les plans de Liberty Media, propriétaire de la F1, visant à augmenter le nombre d’épreuves de sprint ont rencontré peu de résistance de la part des équipes.

Mais, lorsqu’il s’est agi d’obtenir la majorité nécessaire, le soutien unanime des concurrents et de la FOM n’a pas suffi à faire passer le projet, la FIA ne le soutenant pas sous sa forme actuelle.

Pour que l’expansion du sprint soit inscrite dans le règlement pour 2023, il fallait ce que l’on appelle une « super majorité » de 26 voix sur les 30 proposées par les équipes (10), la FIA (10) et la FOM (10).

Avec seulement les équipes et la F1 en accord, la résistance de la FIA signifie que la proposition a échoué pour le moment.

Des sources ont indiqué que le président de la FIA, Mohammed Ben Sulayem, qui a présidé la réunion, a dit aux participants qu’il n’était prêt à aller de l’avant avec plus de sprints que si une contribution financière était apportée à l’organe directeur.

Bien que sa position ait suscité une certaine colère dans la salle – une source ayant suggéré qu’elle était motivée par la « cupidité » – la FIA a ensuite accepté d’étudier l’impact exact des sprints supplémentaires sur son personnel avant de reconsidérer la question.

Dans une déclaration publiée par la FIA après la réunion, l’organe directeur a déclaré : « Avec le premier des trois événements sprint de la saison 2022 populaire auprès des fans et des parties prenantes le week-end dernier au Grand Prix d’Émilie-Romagne, la Formule 1 et les équipes étaient favorables à une extension à six événements sprint pour la saison 2023, fonctionnant avec le même format qu’en 2022.

Lire aussi:  Norris dit que McLaren est "loin d'être là où nous devons être" alors que la lutte pour la quatrième place avec Alpine s'intensifie.

« Tout en soutenant le principe d’une augmentation du nombre d’épreuves de sprint, la FIA évalue toujours l’impact de cette proposition sur ses opérations en piste et son personnel, et fournira ses commentaires à la Commission. »

Des discussions ont également eu lieu sur les dernières règles relatives aux moteurs pour 2026, mais l’une des premières questions qui a émergé est de s’assurer qu’une réduction proposée de la puissance ne rende pas les F1 trop lentes.

Les moteurs turbo hybrides actuels sont parmi les plus puissants de l’histoire de la F1, mais les modifications prévues pour 2026 – qui incluent la suppression du MGU-H – pourraient entraîner une baisse de la puissance.

Les voitures de la génération 2022 de la F1 étant lourdes et assez traînantes, on craint que les vitesses en ligne droite n’en pâtissent si les unités de puissance ne sont pas aussi performantes. Les équipes de F1 ont donc été invitées à réfléchir à la meilleure façon de s’assurer que les voitures fournissent les performances requises.

La FIA a présenté les propositions qu’elle souhaite que les voitures soient capables de produire afin de compléter les changements apportés aux moteurs.

Selon la FIA, il s’agit de maintenir et d’améliorer les récents enseignements tirés de la course rapprochée et de la capacité des voitures à se suivre, de rendre les voitures plus petites et plus légères, d’augmenter le nombre de pièces standard ou durables et de poursuivre l’innovation en matière de sécurité, en s’orientant vers des systèmes de sécurité actifs et connectés.

Lire aussi:  Alpine met fin prématurément à la course de Barcelone après un problème hydraulique

La Commission de la F1 a approuvé à l’unanimité une mise à jour du Règlement technique 2023 qui rendra obligatoire l’utilisation de caméras sur les casques, et qui réduira l’allocation des pneus sur un week-end de course de 13 jeux actuellement à 11.

La réunion a également porté sur l’impact de la hausse des coûts et de l’inflation sur les équipes qui luttent contre le plafonnement des coûts.

Il a été convenu de demander au groupe de travail financier de la F1 de discuter de la question et de présenter une proposition permettant d’atténuer les problèmes à court et à long terme.

Les équipes de F1 ont également discuté des dernières nouvelles concernant le calendrier 2022, mais il est entendu qu’aucune décision finale n’a encore été prise quant à l’événement qui remplacera le Grand Prix de Russie annulé.

Alors que le Qatar s’était imposé comme le grand favori pour obtenir le créneau, les préoccupations concernant les températures extrêmes à cette période de l’année et la logistique alors que le pays se prépare pour la Coupe du monde de football, ont quelque peu freiné l’élan en faveur de l’événement.

Au lieu de cela, comme l’a d’abord rapporté Autosport, une idée qui gagne du terrain est que accueille deux événements consécutifs, ce qui serait assez simple d’un point de vue logistique.

Article précédentAlbon dit que quelques dixièmes de plus permettront à Williams de marquer régulièrement en 2022.
Article suivantÉlargissement de la procédure de qualification pour la 106e édition de l’Indianapolis 500