Accueil Formule 1 La F1 devrait « oser » faire face à un examen externe sur la...

La F1 devrait « oser » faire face à un examen externe sur la durabilité – Vettel

46
0

La s’efforce de tendre vers un avenir neutre en carbone, mais l’expansion et le calendrier du plus gros programme de la saison prochaine ont amené certains à se demander si elle en fait assez pour changer les choses.

Après avoir promis de regrouper les courses au niveau régional afin d’éviter les déplacements inutiles, le calendrier actuel, prévu pour 2023, n’est pas très différent de la façon dont les choses se sont déroulées par le passé.

Les écarts entre certaines courses – notamment les GP de Bahreïn et d’Arabie Saoudite – et certains dos-à-dos douteux comme l’Azerbaïdjan et Miami, ne semblent guère contribuer à réduire les déplacements inutiles et à limiter l’empreinte carbone de la F1.

Vettel, qui a beaucoup insisté sur les questions environnementales ces dernières années, pense que la F1 doit agir plutôt que de se contenter de slogans sur une affiche.

Et il pense que la meilleure façon d’y parvenir de manière transparente serait que la F1 se soumette au contrôle d’un organisme indépendant pour s’assurer qu’elle fait tout ce qu’elle peut en matière de durabilité.

« Je pense que les grandes organisations, qu’il s’agisse d’entreprises ou d’événements sportifs, doivent probablement oser faire un pas pour trouver une organisation qui les contrôle », a déclaré Vettel avant le Grand Prix de Singapour.

Lire aussi:  Les problèmes de qualification de Williams cachent le vrai potentiel de la F1 - Capito

« Et s’ils ne respectent pas les limites qu’ils ont fixées, alors… [they] ils devront faire face aux conséquences.

« Je pense qu’autrement, on peut tout mettre sur une affiche et un bout de papier, et tout cela semble génial, mais si cela ne se produit pas, alors quoi ?

« Les nations décident de signer un accord pour limiter [the world] à 1,5 degré de réchauffement de la planète, mais si nous ne parvenons pas à le faire, quelles seront les conséquences ?

« Il y a des systèmes en place, mais ensuite les nations peuvent toujours sortir quand elles le veulent, d’une certaine manière.

« Donc je pense que la vraie méthode transparente serait [for F1] de trouver un organe pour les contrôler, un organe externe, indépendant, qui les surveille pour savoir s’ils atteignent leurs objectifs ou pas. Je pense que c’est la seule façon crédible de le faire. »

Alors que Vettel ne participera pas à la F1 l’année prochaine, après avoir annoncé sa retraite, il a remis en question certaines des décisions relatives au calendrier qui ont été prises, en particulier au début de la campagne avec la programmation du test de pré-saison de Bahreïn, de la première course le week-end suivant et du Grand Prix d’Arabie Saoudite quinze jours plus tard.

Lire aussi:  DÉBRIEFING DU LUNDI MATIN : Pourquoi la stratégie a été si difficile à mettre en place lors du GP du Japon écourté par la pluie.

Vettel a ajouté : « Il y a plus d’intérêt pour la F1 : il y a une plus grande chance de gagner de l’argent et tout cela est juste et valable. Mais évidemment, si vous regardez les trois premières courses, alors, les gains faciles seraient d’économiser sur les voyages et les vols.

« Tout le monde va y aller [to the Middle East] et reviendra trois semaines de suite, ce qui est juste, car tout le monde a une famille et une vie là où il est basé.

« On ne peut pas s’attendre à ce que les gens restent dehors pendant huit semaines en début de saison, par exemple.

« Mais si vous me demandez comment résoudre [the problem]je pense que [the independent body idea] sera probablement le moyen le plus sérieux, ou l’un des plus sérieux. »

Article précédentLa FIA lève la métrique du marsouin de la F1 au GP de Singapour
Article suivantAlbon, qui n’a plus de douleur, est « en pleine forme » pour son retour en F1 à Singapour.