Accueil Formule 1 Krack : Aston Martin serait  » stupide  » de ne pas vouloir...

Krack : Aston Martin serait  » stupide  » de ne pas vouloir garder Vettel en F1.

143
0

Le contrat de Vettel avec Aston Martin se termine cette année, et lorsqu’on l’a interrogé sur son avenir à Imola, le quadruple champion du monde de a déclaré qu’il n’avait pas encore pris de décision, tout en reconnaissant qu’il ne peut pas attendre trop longtemps avant de faire part de ses intentions à l’équipe.

Il a également précisé que sa décision sera influencée par les progrès réalisés par l’équipe en 2022, notant que « cela dépendra évidemment de la façon dont cette année se déroule, et ensuite prendre la décision à partir de là. »

Krack a souligné que l’équipe comprend que Vettel souhaite la voir progresser sur la grille avant de s’engager à plus long terme.

« Je ne vais pas parler de contrats ici, mais évidemment, si vous avez un pilote comme Sebastian Vettel, que vous pouvez garder motivé en lui donnant la voiture qui mérite la qualité de son pilotage, je pense que vous seriez fou de ne pas essayer de le retenir », a-t-il déclaré.

« Mais je comprends à 100% ses commentaires. Il veut voir des progrès, il veut voir la voiture avancer, parce qu’il n’est pas un pilote qui veut se battre pour P18 ou P16 ou autre, donc je comprends parfaitement ses commentaires et c’est à nous de fournir l’outil qui est nécessaire pour qu’il soit performant. »

Lire aussi:  Ce que les équipes ont dit - Qualifications en Arabie Saoudite

Krack, qui a travaillé avec Vettel à ses débuts en avec BMW Sauber, a déclaré qu’il avait été impressionné par l’engagement de l’Allemand.

« Il a une approche très, très compétitive, malgré le grand succès qu’il a toujours eu. Il a une éthique de travail très élevée que je partage et que j’apprécie vraiment.

« Il n’y a pas un moment de la journée où il est trop tard pour travailler ou pour avoir une contribution, donc de ce point de vue, c’est un plaisir de travailler avec lui, parce que, tout d’abord, il est ce que j’ai déjà décrit.

« Mais c’est aussi un type sympathique, il comprend où sont nos limites pour le moment, mais il n’arrête pas de pousser, et il est réaliste par rapport à ce que nous faisons.

« Il s’agit donc d’essayer de fusionner ce que nous pensons devoir faire, ce qu’il pense que nous devons faire et d’être ouvert, transparent, d’avoir de bonnes conversations et d’avancer. »

Après avoir chuté de la neuvième place sur la grille à la treizième place au drapeau lors de l’épreuve de sprint d’Imola samedi, Vettel a admis qu’il était impossible de garder les voitures plus rapides derrière lui avec la voiture qu’il a maintenant.

Lire aussi:  Alonso met les choses au clair avec le président de la FIA, Ben Sulayem, après les critiques.

« C’était une honte qu’il y ait un train entier derrière moi », a-t-il déclaré lorsqu’il a été interrogé sur sa course par Autosport. « Donc c’était l’un après l’autre à la fin, et j’ai eu du mal avec le pneu. On s’est donc fait manger.

« Il y a évidemment nos limites que nous connaissons. Et nous les comprenons assez bien maintenant. Mais oui, chaque tour aide. Nous verrons donc ce que nous pouvons faire demain. Nous ne sommes pas loin des points. Qui sait ce que la météo nous réserve ? Donc nous devons être affûtés. »

Concernant la forme actuelle de l’équipe, il a ajouté : « Ça a été une période difficile. Je pense que comprendre où nous sommes, avoir les limitations, être si loin de là où nous devrions être avec la voiture, ne pas être capable de la faire rouler où nous le voulons, nous ne sommes pas les seuls.

« Comme je l’ai dit, je pense que nous comprenons maintenant, et nous avons une direction, mais il faut évidemment du temps pour le mettre sur la voiture. »

Article précédentLES FAITS MARQUANTS : Regardez l’action du Sprint alors que Verstappen surpasse Leclerc à Imola.
Article suivantPortimao Moto3 : Garcia s’empare de la victoire grâce à un timing parfait.