Accueil Indycar Intrigue à gogo alors que la saison 2022 prend son envol à...

Intrigue à gogo alors que la saison 2022 prend son envol à St. Pete

212
0

Rarement une saison du NTT INDYCAR SERIES n’aura été aussi riche en intrigues.

Comment Jimmie Johnson, sept fois champion de NASCAR Cup Series, s’en sortira-t-il lorsqu’il concourra pour la première fois sur des pistes ovales dans une voiture à roues ouvertes (la première de ces courses est la XPEL 375 au Texas Motor Speedway le 20 mars).

L’association de deux vainqueurs de l’Indianapolis 500 présenté par Gainbridge – Helio Castroneves et Simon Pagenaud – peut-elle s’avérer être une combinaison gagnante pour Meyer Shank Racing ?

Les plus jeunes stars du sport – Pato O’Ward ou Colton Herta – sont-elles prêtes à disputer le championnat à un autre pilote encore jeune, le champion en titre Alex Palou ?

Dans combien de temps Kyle Kirkwood, qui a remporté des championnats consécutifs en USF2000, Indy Pro 2000 et Indy Lights présenté par Cooper Tires, pourra-t-il retrouver le succès au plus haut niveau de ce sport ?

Tatiana Calderon est-elle prête à devenir la prochaine femme pilote à succès dans la série INDYCAR ?

Et ce ne sont là que quelques-unes des questions qui se posent alors que la saison débute avec le Grand Prix Firestone de Saint-Pétersbourg présenté par RP Funding, la première des 17 courses de la saison, dont 14 seront diffusées sur NBC. La couverture en direct commence à midi (ET) dimanche sur NBC, Telemundo Deportes sur Universo et le réseau radio INDYCAR.

De nombreux changements dans l’équipe élargie

La saison d’INDYCAR se caractérise par un champ élargi – 26 combinaisons de voitures et de pilotes, soit deux de plus que l’année dernière à St. Petersburg et le plus grand champ d’ouverture de la saison de la série depuis 2012. Quinze des voitures sont motorisées par Honda, 11 par Chevrolet. Toutes sont chaussées de pneus Firestone Firehawk.

En tout, la moitié des entrées présentent quelque chose de différent.

Ceux qui changent d’équipe :

  • Romain Grosjean (DHL Honda n°28 d’Andretti Autosport)
  • Jack Harvey (N°45 Hy-Vee Honda de Rahal Letterman Lanigan Racing)
  • Takuma Sato (N°51 Nurtec ODT Honda de Dale Coyne Racing avec RWR)
  • Simon Pagenaud (n°60 AutoNation/SiriusXM Honda de Meyer Shank Racing)

Les vétérans qui passent du temps partiel au temps plein :

  • Helio Castroneves (AutoNation/SiriusXM Honda n°06 de Meyer Shank Racing)
  • Jimmie Johnson (n°48 Carvana Honda de Chip Ganassi Racing)
  • Conor Daly (Chevrolet BitNile n°20 de Ed Carpenter Racing)

Les candidats au titre de Rookie de l’année :

  • Tatiana Calderon (No. 11 ROKiT/AJ Foyt Chevrolet de AJ Foyt Racing)
  • Kyle Kirkwood (No. 14 ROKiT/AJ Foyt Chevrolet of AJ Foyt Racing)
  • David Malukas (n°18 HMD Honda de Dale Coyne Racing avec HMD Motorsports)
  • Devlin DeFrancesco (n°29 PowerTap Honda de Andretti Steinbrenner Autosport)
  • Christian Lundgaard (Shield Cleaners Honda n°30 de Rahal Letterman Lanigan Racing)
  • Callum Ilott (Chevrolet n°77 Juncos Hollinger Racing de Juncos Hollinger Racing)
Lire aussi:  Les parents de Malukas vivent le rêve américain et le rêve des "500" en tant qu'immigrants

Commencez avec les champions en titre

Chip Ganassi Racing a connu l’une de ses meilleures saisons l’an dernier, remportant six des 16 courses et plaçant trois pilotes dans les six premiers du classement, avec en tête le premier championnat de série d’Alex Palou (Honda NTT DATA Chip Ganassi Racing n°10).

Palou est à égalité en tête du championnat avec trois victoires de course, tandis que Marcus Ericsson (Honda n°8 Huski Chocolate Chip Ganassi Racing) a remporté deux courses et Scott Dixon (Honda n°9 PNC Bank Chip Ganassi Racing) une. Palou a également failli remporter les 500 km d’Indianapolis présentés par Gainbridge lorsque Helio Castroneves l’a dépassé pour prendre la tête à deux tours de l’arrivée. Palou tente de devenir le premier champion de la saison INDYCAR depuis Dario Franchitti (2009-2011).

Dixon est toujours à surveiller. Il tente pour la deuxième fois d’égaler Foyt pour le plus grand nombre de championnats INDYCAR de sa carrière – Dixon en a six – et il a commencé la saison avec une seule victoire pour égaler Mario Andretti pour la deuxième place avec 52. Foyt en a remporté 67.

Dixon a également remporté une course dans un record de 19 saisons, dont 17 de suite. Fait remarquable, Dixon n’a jamais gagné à Saint-Pétersbourg, bien qu’il ait terminé sur le podium sept fois, avec quatre secondes places.

Herta domine sur les circuits de rue en 2021

Colton Herta (Gainbridge Honda d’Andretti Autosport n°26 avec Curb-Agajanian) a remporté les deux dernières courses de la saison 2021. La deuxième de ces victoires a été remportée lors de l’Acura Grand Prix de Long Beach, qui s’est déroulé sur le circuit routier du sud de la Californie et au cours duquel il a mené 43 des 85 tours.

L’année dernière, à Saint-Pétersbourg, Herta était la classe du terrain, menant 97 des 100 tours depuis la pole. Il a également remporté la pole pour le premier Grand Prix Big Machine Music City à Nashville.

Herta tentera de devenir le quatrième pilote consécutif à gagner les courses de Saint-Pétersbourg. Les autres étaient Juan Pablo Montoya (2015, 2016), Sébastien Bourdais (2017, 2018) et Josef Newgarden (2019, 2020). Newgarden (Chevrolet n°2 de l’équipe Hitachi Penske) est deux fois champion de la série et a terminé deuxième à Saint-Pétersbourg l’année dernière.

Lire aussi:  Rahal et Grosjean en désaccord après la joute de fin de course

Les autres vainqueurs de la course de Saint-Pétersbourg dans ce domaine sont Helio Castroneves (2006, 2007, 2012), Will Power (2010, 2014) et Graham Rahal (2008).

Power : le maître du prix NTT P1

Tout aperçu de l’événement de St. Petersburg doit inclure Will Power de l’équipe Penske (Chevrolet Verizon Team Penske n°12). En plus d’avoir gagné deux courses, Power a remporté neuf prix NTT P1 en tant que meilleur qualifié. Il a remporté toutes les poles sauf trois sur le circuit depuis 2010.

Power entre dans la saison avec 63 poles en carrière, quatre de moins que le record absolu de Mario Andretti. Cette saison également, Power, champion de la série en 2014 et vainqueur des 500 miles d’Indianapolis en 2018, tentera de remporter une course pour la 16e année consécutive. Il s’agira de sa 13e saison à temps plein en tant que pilote de l’équipe Penske.

Outre Power et Newgarden, l’organisation de Roger Penske aligne également une voiture pour le Rookie of the Year de l’an dernier, Scott McLaughlin (Chevrolet n°3 DEX Imaging Team Penske).

Le gang des Indy Lights

Le plateau de 14 voitures pour la course Indy Lights présentée par Gainbridge (dimanche, 9h30, en direct sur Peacock) est mené par Linus Lundqvist, le pilote de HMD Motorsports avec Dale Coyne Racing qui a remporté trois courses de série l’année dernière. Matthew Brabham, vainqueur d’une course de série en 2014, revient chez Andretti Autosport. Lui et Ernie Francis Jr de Force Indy, un septuple champion de Trans Am qui fait ses débuts en série, sont d’autres pilotes à surveiller.

Indy Lights a lancé la carrière de plusieurs pilotes INDYCAR actuels, dont Newgarden, Herta et Pato O’Ward (Arrow McLaren SP Chevrolet n°5). L’an dernier, en Indy Lights, Kyle Kirkwood et David Malukas ont remporté ensemble 17 des 20 courses et n’étaient séparés que par 13 points à la fin de l’année.

Toutes les courses de la NTT INDYCAR SERIES et d’Indy Lights seront diffusées en direct sur Peacock, le service de streaming de NBC Sports, et sur le réseau radio INDYCAR.

La course INDYCAR de dimanche sera retransmise en espagnol par Telemundo Deportes sur Universo, qui diffusera également l’Indianapolis 500 présenté par Gainbridge le 29 mai et le Firestone Grand Prix of Monterey, qui clôturera la saison au WeatherTech Raceway Laguna Seca le 11 septembre.