Accueil Indycar Ganassi fait le plein de muscles lors des essais libres

Ganassi fait le plein de muscles lors des essais libres

145
0

Il y a un problème Ganassi qui se prépare pour les autres équipes à Indianapolis.

L’équipe Chip Ganassi Racing a été la plus performante lors de l’Open Test de l’Indy 500, plaçant ses cinq voitures dans le top 10 du classement combiné des vitesses sur deux jours, avec en tête Tony Kanaan, vainqueur de l’Indianapolis 500 2013, troisième avec une vitesse de pointe de 228,767 mph sur la Honda n°1 The American Legion.

Scott Dixon, vainqueur de l’Indy 500 en 2008, était quatrième avec une vitesse de pointe de 228,689 mph sur la Honda PNC Bank n°9, Alex Palou, champion en titre du NTT INDYCAR SERIES, était septième à 228,059 mph sur la Honda NTT DATA n°10, et Jimmie Johnson était huitième à 227,900 mph sur la Honda Carvana n°48.

Le pilote Ganassi qui a le plus attiré l’attention au cours de ces deux jours d’essais est Marcus Ericsson, qui a passé un certain temps au sommet du pylône avant de terminer 10e avec une vitesse de pointe de 227,785 mph. Mercredi, il a fait preuve d’une habileté impressionnante en évitant à la dernière minute les voitures de Colton Herta et de Helio Castroneves qui partaient en tête-à-queue lors d’incidents séparés.

Ericsson a déclaré que son équipe Huski Chocolate Chip Ganassi Racing Honda n°8 utilise les mêmes réglages que ceux qui lui ont permis de terminer à la 11e place l’an dernier aux 500 miles d’Indianapolis présentés par Gainbridge.

« Nous avons une très bonne voiture de base de l’année dernière qui a très bien fonctionné, et nous sommes en train de la peaufiner », a déclaré Ericsson. « Je pense que jusqu’à présent, hier et aujourd’hui, j’ai été très heureux dans la voiture et à l’aise dans le trafic. C’est ce qui a été notre principale préoccupation. « 

Ericsson a déclaré qu’il se sentait sur une vague d’élan après avoir terminé troisième de la première course ovale de la saison de la NTT INDYCAR SERIES en mars au Texas Motor Speedway. Il était la voiture Ganassi et Honda la mieux classée.

La course sur ovale est une discipline qu’Ericsson a essayé d’affiner au cours des deux dernières années, et son résultat au Texas, associé à sa vitesse lors du test ouvert de l’Indy 500, le rend confiant pour la 106e course de l’Indianapolis 500 présentée par Gainbridge le dimanche 29 mai.

De plus, Ericsson est optimiste quant aux chances de CGR de remporter sa première victoire aux Indy 500 depuis que Dario Franchitti a remporté sa troisième victoire aux Indy 500 en 2012.

 » Je suis très confiant « , a-t-il déclaré.  » J’ai beaucoup travaillé pour essayer d’améliorer ma force ovale, et le Texas a été un bon résultat pour moi et ma confiance, et c’est quelque chose que j’apporte au mois de mai « .

« Nous avons une organisation extrêmement forte en ce moment, surtout avec (Tony Kanaan) qui rejoint l’équipe. C’est définitivement un privilège d’être coéquipier avec tous ces grands pilotes. »

Ed Carpenter Racing reprend là où il s’est arrêté en mai dernier

L’une des meilleures équipes Chevrolet à l’issue du test ouvert de l’Indy 500 s’est avérée être Ed Carpenter Racing, qui alignera trois voitures dans la course de cette année pour Ed Carpenter, Conor Daly et Rinus VeeKay.

Les trois pilotes ont passé du temps dans le top 10 des tableaux de vitesse jeudi, et tandis que les voitures de Chip Ganassi Racing se sont avérées être une organisation forte en configuration de course, un pilote ECR a mené le tableau de vitesse sans remorquage qui est plus représentatif des qualifications.

Lire aussi:  Avant-premières : Andretti Autosport, Carlin

Sans l’avantage d’un remorquage aérodynamique, ECR a placé deux voitures dans le top trois : La Chevrolet SONAX n°21 de VeeKay était première avec une vitesse de pointe de 221.314, tandis que la Chevrolet BitNile n°20 de Daly était troisième à 220.793.

« Nous n’étions pas vraiment en mode qualification, mais nous avons fait un peu de réglages pour avoir une idée de ce que nous allons faire quand nous reviendrons, » a dit Carpenter. « C’est juste pour s’assurer que ce que nous faisions fonctionnait toujours. Donc oui, je pense que nous sommes dans une bonne position. »

La vitesse des voitures individuelles n’est pas sans rappeler les prouesses d’ECR lors des qualifications sur le circuit d’Indianapolis. Le propriétaire et pilote de l’équipe, Carpenter, qui participera à la course de cette année dans la Chevrolet Alzamend Neuro n°33, a remporté la pole pour l’Indy 500 à trois reprises, en 2013, 2014 et 2018.

L’année dernière, VeeKay a mené l’organisation avec une troisième place lors des qualifications pour l’Indy 500, alors qu’il est devenu le plus jeune partant en première ligne de l’histoire de l’Indy 500 à 20 ans et 254 jours. Carpenter était juste derrière lui en quatrième position, son sixième départ dans le top 5 lors des 10 derniers Indy 500.

Carpenter a dit qu’il ne pousse pas son équipe à se concentrer spécifiquement sur les qualifications, mais plutôt à avoir des voitures rapides, parce que plus souvent qu’autrement, il semble que l’Indy 500 se résume à un sprint. Par conséquent, il voit la vitesse comme un double avantage.

« Vous devez être rapide ici », a déclaré Carpenter. « Nous avons passé 95 % de ces derniers jours à travailler sur la voiture de course et à améliorer notre voiture. Donc, je pense que lorsque vous avez une bonne voiture, elle est généralement aussi rapide. »

INDYCAR, les officiels de l’IMS réparent rapidement la surface de la piste

Après que la première journée des essais libres de l’Indianapolis 500 se soit terminée plus tôt que prévu pour permettre aux officiels de l’INDYCAR et de l’IMS d’inspecter la voie d’accélération dans les virages 1 et 2, les travaux effectués pendant la nuit pour améliorer l’adhérence ont porté leurs fruits lors de la deuxième journée de préparation de la 106e édition de l’Indianapolis 500 présentée par Gainbridge.

Après les tête-à-queue d’Alexander Rossi, Helio Castroneves et Will Power mercredi, les pneus ont été traînés et brossés mercredi soir à l’aide de deux pneus de tracteur de 800 livres pour déposer la gomme et enlever tout traitement supplémentaire à l’émulsion à pénétration rapide (RPE).

Les officiels de la série et de la piste ont travaillé jusqu’à près d’une heure du matin jeudi, et le travail de la nuit a permis d’améliorer le niveau d’adhérence jeudi.

Le vainqueur de l’Indianapolis 500 2013, Tony Kanaan, a été impressionné par la réaction rapide des officiels de la série et de la piste et était confiant que mercredi était le dernier de ces problèmes.

« Nous utilisons beaucoup la piste avec la biplace et d’autres événements tout au long de l’année depuis qu’ils ont posé le produit (RPE), mais personne n’avait couru sur la voie d’échauffement », a déclaré Kanaan pour expliquer pourquoi la surface de la piste n’était pas affectée par ce problème. « Cela ne va pas être un problème. Je pense que nous serons OK. »

Lire aussi:  Danica Patrick conduira la Chevrolet Corvette Stingray Pace Car

Le président d’IMS, J. Douglas Boles, a déclaré que les responsables pensent que le problème provenait du traitement d’étanchéité RPE utilisé sur l’ovale de 2,5 miles pendant l’intersaison. En 2017, les responsables de la piste ont scellé à la main les fissures de la surface de course. Puis, en 2018, le RPE a été appliqué sur la surface de course et la voie des stands pour la première fois.

La surface de course a de nouveau reçu un traitement RPE en 2019. Au cours de la dernière intersaison, le RPE a été appliqué à la fois sur la surface de course et sur la voie des stands.

En 2004, l’ovale de l’IMS a été refait avec de l’asphalte frais, et une majorité des 3,2 millions de briques originales qui constituaient la surface de la piste à l’automne 1909 sont restées sous l’asphalte. Le gel et le dégel des saisons de l’Indiana font que les briques sous la surface bougent, ce qui permet à l’humidité de pénétrer dans la surface et conduit à des « suintements », des endroits où l’humidité s’infiltre à travers la surface de la piste.

Le traitement RPE pénètre la surface pour sceller les fissures dans la surface où l’humidité peut s’accumuler, empêchant ainsi les suintements.

Le niveau d’adhérence sur la surface de course est presque identique à ce qu’il était en 2021, a déclaré Boles.

Divers et imprévus :

  • Les vitesses du test ouvert de l’Indy 500 de cette année sont nettement supérieures à celles du test ouvert de 2021. L’année dernière, Josef Newgarden a également été en tête du classement des vitesses le dernier jour avec une vitesse de pointe de 226.819 dans la Chevrolet Shell Team Penske n°2. Jeudi, il a été plus rapide de près de 3 mph avec une vitesse de pointe de 229.519.
  • Dans quelle mesure le test ouvert de l’Indy 500 est-il représentatif de la vraie course en mai ? L’année dernière, trois pilotes qui ont affiché des vitesses dans le top 10 lors de la dernière journée de l’Open Test de l’Indy 500 ont converti cette vitesse pour le Race Day de l’Indy 500 : le vainqueur de la course, Helio Castroneves, était 10e de l’Open Test, tandis que Pato O’Ward, cinquième, était neuvième de l’Open Test et Juan Pablo Montoya, neuvième, était troisième du test de deux jours.
  • Sage Karam et Juan Pablo Montoya ont terminé les dernières exigences de leur programme de recyclage pour vétérans dans les 30 premières minutes de la session de jeudi. Tous les programmes de recyclage pour les débutants et les vétérans ont été complétés avant le mois de mai.
  • Ryan Briscoe, sept fois vainqueur de la série INDYCAR, était sur la voie des stands pendant le test ouvert de l’Indy 500, en tant que coach de Dalton Kellett. Briscoe a déclaré qu’il aiderait le pilote de la Chevrolet n°4 K-LINE / AJ FOYT RACING tout au long du mois de mai.
  • Seulement 31 voitures ont participé au test ouvert de l’Indy 500 jeudi. Helio Castroneves n’a pas fait de tours jeudi après avoir subi trop de dommages sur sa Honda AutoNation/SiriusXM n°06 hier. Son équipe Meyer Shank Racing a renvoyé la voiture à l’atelier pour effectuer les réparations.
Article précédentStroll dit que les changements « choquants » d’Aston aident à garder la foi dans le projet de la F1.
Article suivantNakagami a une « pression supplémentaire » dans les courses européennes pour sauver sa place en MotoGP.