Accueil Formule 1 Ferrari n’a « aucun regret » concernant la poussée tardive de Leclerc au GP...

Ferrari n’a « aucun regret » concernant la poussée tardive de Leclerc au GP d’Imola pour plus d’informations.

325
0

Leclerc semblait en bonne voie pour une troisième place garantie vers la fin de la course de dimanche à Imola, avec le duo Red Bull Max Verstappen et Sergio Perez en tête.

Cependant, au 50e tour, a choisi de faire passer Leclerc en pneus tendres pour tenter de faire gagner au moins une position supplémentaire au Monégasque.

Ce changement de stratégie signifiait que les trois premières voitures seraient toutes en pneus neufs, ce qui pourrait donner à Leclerc l’opportunité de se battre.

Mais en voulant mettre la pression sur Perez, Leclerc a attaqué trop fort à la chicane Variante Alta et est parti en tête-à-queue – frôlant le mur et devant rentrer aux stands pour un nouvel aileron avant et des pneus neufs. L’incident a fait chuter Leclerc dans le classement mais il s’est repris pour terminer sixième au drapeau à damier.

Alors que les points perdus pourraient s’avérer coûteux dans la bataille du championnat du monde, le directeur de l’équipe Ferrari, Mattia Binotto, a déclaré qu’il ne regrettait pas la décision de faire attaquer Leclerc.

« Je pense qu’il n’y aura jamais de regret de demander à un pilote de pousser », a-t-il déclaré. « Je pense que cela fait partie de notre travail, et cela fait partie de leur travail d’essayer de conduire à la limite. Des erreurs peuvent se produire.

Lire aussi:  WATCH : Zhou chute au départ du Sprint en Émilie-Romagne

« Je pense qu’avec les voitures de cette année, évidemment, les voitures sur les bordures sont beaucoup plus rigides et d’une certaine manière, si vous faites une petite erreur, vous la payez très cher. Donc pas de regrets. Je pense que nous avons fait le bon choix et c’est tout. »

Binotto a été clair sur le fait que la décision de faire un deuxième arrêt était un geste agressif pour gagner une place supplémentaire, plutôt que d’être imposé à l’équipe par la dégradation des pneus.

« Nous n’étions pas à court de pneus avant », a-t-il déclaré. « A ce moment de la course, le rythme avec Sergio Perez était très, très similaire ou légèrement meilleur. Mais, parce que nous pensions qu’il n’y avait plus d’opportunité pour nous d’attaquer et de dépasser Perez avec ces pneus, nous avons fait l’arrêt au stand.

« Nous espérions qu’ils se seraient arrêtés aussi, ce qui a été le cas. Donc ils étaient tous les deux en pneus neufs. C’était comme si on remettait la course à zéro, à 15 tours de l’arrivée, et en pneus tendres.

Lire aussi:  Alonso est heureux de terminer P7 à Monaco après une course délicate, mais Ocon est frustré par une pénalité de 5 secondes.

« Je pense que ça a plutôt bien marché parce que Charles était très proche de Sergio et il a essayé d’attaquer avant de faire l’erreur. »

Leclerc a admis que le tête-à-queue avait été déclenché parce qu’il avait été trop gourmand avec les bordures, mais il a nié avoir pris trop de risques à la chicane au cours du week-end.

« Je ne pense pas que je prenais particulièrement plus de risques », a-t-il déclaré. « J’étais rapide là-bas et la voiture s’y sentait bien, surtout en course aujourd’hui.

« J’ai senti que c’était probablement l’un des virages où Checo était un peu moins compétitif que moi. Et évidemment sur ce tour, je savais qu’il y avait une opportunité.

« J’ai donc essayé de pousser un peu plus, mais c’était trop. En dehors de cela, je ne pense pas avoir pris de risque inutile sur les autres tours pendant le week-end ou quoi que ce soit. Tout était correct de ce côté-là. »

Article précédentPodcast de Tank Slappers : MotoGP – Bilan du GP du Portugal
Article suivantOgier fera son retour en WRC au Rallye du Portugal dans sa troisième Toyota.