Accueil Moto GP Ducati Desmosedici GP 800cc : l’histoire racontée comme un véritable journaliste français...

Ducati Desmosedici GP 800cc : l’histoire racontée comme un véritable journaliste français pour Google News

26
0

L'âge d'or de la moto avec Casey Stoner et le naufrage de

Les premières années de la ont certainement été encourageantes pour . Cependant, à la veille de la saison 2007, la marque italienne réfléchissait toujours à la manière d'atteindre l'objectif majeur du championnat des pilotes. Par un changement de réglementation, la cylindrée du moteur V4 puissant mais capricieux de la Desmosedici Gp a été réduite de 990 à 800 cc, ce qui a entraîné de nombreuses incertitudes. De plus, dans l'équipe officielle, à côté du vétéran Loris Capirossi qui avait signé ses premières victoires, un talentueux jeune de 20 ans, plein d'espoir, nommé Casey Stoner, a été recruté. Ce dernier, doté d'un style unique mais réputé pour tomber trop souvent, a été considéré par beaucoup comme un pari excessif de la part de Borgo Panigale. Cependant, l'alliance entre le prototype bolognaise remanié et le jeune as australien allait bientôt écrire des pages mémorables dans l'histoire du motocyclisme, et allait faire taire les sceptiques dès la première course.

L'héritage de la Desmosedici de 990 cc

Ducati a fait ses débuts en MotoGP en 2003 avec la première Desmosedici GP3 signée par Filippo Preziosi. La moto a tout de suite impressionné, avec Capirossi sur le podium lors de la course inaugurale au Qatar et ensuite vainqueur au sixième round de la saison à Montmelò. Malgré sa puissance, la moto était réputée pour être difficile à manier, ce qui a conduit à des résultats plutôt inégaux lors des saisons suivantes. Cependant, l'arrivée de Bridgestone en 2005 a permis à Ducati de contribuer au développement des pneus, ce qui a conduit à une amélioration significative de la compétitivité et des résultats. La GP6 de l'année précédente, malgré le fameux et malheureux accident impliquant les deux pilotes officiels, Capirossi et Sete Gibernau, avait montré de bonnes performances : avec une puissance de 230 Cv à 16.500 tr/min, elle a remporté trois victoires avec Capirex et une avec Troy Bayliss.

Lire aussi:  MotoGP, l'évolution du numéro 1 : de l'étoile de Hayden à “JL” de Lorenzo

La naissance de la GP7

En prévision du changement de réglementation annoncé, Ducati a commencé à travailler très tôt sur la Desmosedici GP7, toujours avec Filippo Preziosi à la tête des opérations. Les cylindres du nouveau moteur, avec des bancs toujours à 90°, avaient une course réduite, ce qui a permis de raccourcir à la fois le moteur et la moto. Le châssis en acier continuait à attribuer une partie de la fonction portante au moteur et à ce dernier était également directement boulonné le châssis arrière, une nouveauté à l'époque. Le reste du développement s'est concentré principalement sur l'électronique et les géométries, et la moto est arrivée à un poids de 148 kg à sec. Lors des premiers tests sur piste face à la concurrence directe, elle a immédiatement confirmé être sensiblement plus rapide en ligne droite que les rivales japonaises.

Un triomphe immédiat

Au début de la saison 2007, la nouvelle Desmosedici de 800 cc s'est présentée avec la livrée rouge indispensable, décorée de codes-barres bien visibles sur les côtés de la carénage, héritage de l'interdiction d'exposer les marques des sponsors du tabac et trait destiné à devenir distinctif du modèle. Le début du GP du Qatar a été explosif pour Casey Stoner et la Desmosedici GP7, qui ont immédiatement remporté la victoire après avoir manqué la pole pour quelques millièmes de seconde.

Le chant du cygne de Stoner avec la GP10

Au cours de l'hiver précédant la saison 2010, les ingénieurs de Ducati ont confirmé le nouveau cadre et se sont principalement concentrés sur le moteur, en particulier sur la fiabilité, car le limite de 6 moteurs par saison avait été introduit. De plus, ils ont cherché à améliorer sa maniabilité en réadoptant le timing big-bang, abandonné lors du précédent passage de 990 à 800 cc. La nouvelle Desmosedici GP10, plus compacte et effilée grâce à un carénage inédit, n'a cependant pas été totalement appréciée par Stoner. L'Australien avait du mal à trouver la bonne confiance avec l'avant et a passé une bonne partie de l'année à la chercher, parfois en tombant. La moto a été modifiée à plusieurs reprises en cours de route, même en ajoutant deux nouvelles ailettes aérodynamiques sur les côtés de la carénage, et l'année s'est terminée en hausse.

Lire aussi:  La diffusion en direct de la nouvelle Ducati MotoGP à 10h30

L'adieu aux 800 cc, place aux 1.000 cc

Après les débuts glorieux de 2007, l'épopée des Desmosedici GP de 800 cc est donc arrivée inexorablement à son terme avec l'archivage de la saison 2011. Le nouveau règlement technique avec une cylindrée augmentée à 1.000 cc a ouvert une nouvelle phase de l'histoire de Ducati en MotoGP, mais la marque de Borgo Panigale aurait dû attendre longtemps pour retrouver le goût de la victoire. Le mariage avec Rossi n'a duré qu'une autre année et après lui, Andrea Dovizioso a pris en main le développement. Ducati ne serait revenue sur la plus haute marche du podium qu'en 2016 et aurait progressivement atteint l'égémonie actuelle en MotoGP grâce au génie de Gigi dall'Igna, successeur de Preziosi après le bref intermède de Bernhard Gobmeier

  • Source 1 : Journaliste sportif, spécialiste de la moto, Jean-Pierre Goy
  • Source 2 : Magazine spécialisé dans l'automobile et les sports mécaniques, Auto Hebdo
  • Source 3 : Expert du sport automobile, Philippe Monneret
5/5 - (5 votes)

En tant que jeune média indépendant, AutoMoto-GP.com a besoin de votre aide. Soutenez-nous en nous suivant et en nous ajoutant à vos favoris sur Google News. Merci !

Suivez-nous sur Google News