Accueil Formule 1 DATA DEEP DIVE : Comment Leclerc a fini par perdre sa place...

DATA DEEP DIVE : Comment Leclerc a fini par perdre sa place en P2 – et tomber encore plus bas à Imola

120
0

Comment Charles Leclerc est-il passé de la deuxième à la sixième place sur la grille de départ à Imola ? Bien qu’il y ait eu des facteurs évidents, notamment son tête-à-queue en fin de course dans la poursuite de Sergio Perez, les données racontent une histoire beaucoup plus profonde. Voici comment s’est déroulé le Grand Prix d’Émilie-Romagne du leader du championnat – et comment il s’est effondré.

PALMER : Les conditions étaient peut-être difficiles à Imola, mais voici pourquoi les pilotes de se sont surpassés.

Le départ

Lorsque les lumières se sont éteintes, Leclerc est tombé en quatrième position derrière Lando Norris et Perez, qui a sauté en P2 derrière le futur vainqueur Max Verstappen. Nos données montrent que si Verstappen, Perez et Leclerc avaient des temps de réaction similaires, Leclerc était deux dixièmes de seconde plus lent pour atteindre 100km/h ; il a mis 3,92s pour y parvenir, tandis que Verstappen a mis 3,75s et Perez 3,71s.

Lire aussi:  Le danger tardif qui aurait pu coûter la victoire de Verstappen au GP de Miami.

En fait, le seul pilote à avoir eu un départ plus lent à 100km/h était Mick Schumacher de Haas (3,95s).

Notre analyse a montré que ceux qui partaient du côté gauche étaient en moyenne 0.161s plus rapides pour atteindre 100km/h.


Un tracé des roues arrière de Leclerc, Perez et Verstappen montre que Leclerc n’a rencontré le patinage que plus tard que les pilotes Red Bull (tous les trois s’échappant en deuxième vitesse) – ce qui implique peut-être qu’il a été plus hésitant que les Red Bull à mettre les gaz dans des conditions humides.

CLASSEMENT DES PUISSANCES : Où en sont les pilotes après le Grand Prix 2022 d’Émilie-Romagne ?


LECR_Start_WheelSpin_Black.jpg
Les lignes rouges ci-dessus montrent le patinage de Leclerc (entouré, en haut) et son utilisation de la pédale (entouré, en bas). Perez (vert) et Verstappen (bleu) ont réussi à mettre les gaz plus rapidement que la .

Le premier arrêt au stand

Pendant un moment, c’était l’avantage de Leclerc dans la bataille pour la P2 contre Perez.

Le Mexicain était devant Leclerc avant l’ouverture de la première fenêtre d’arrêt aux stands, Perez s’arrêtant un tour plus tôt que Leclerc. Grâce à un meilleur tour dans les stands, lorsque Leclerc est sorti de son arrêt au 19ème tour, il était brièvement devant Perez – mais n’a pas pu garder le rythme et a perdu une fois de plus face à la Red Bull.

Un premier arrêt au stand lent a immobilisé Leclerc pendant 3.73s, mais grâce à son in-lap, le pilote Ferrari a réussi à dépasser Perez. Puis il a été repassé avant le virage 5. Si Leclerc avait eu un arrêt similaire à celui de Perez, autour de 2,5s, il aurait pu faire tenir ce dépassement.

Le graphique ci-dessous montre que sans cet arrêt lent, Leclerc serait sorti (ligne en pointillés), et probablement avec une marge suffisante sur Perez pour que ses pneus mediums atteignent la température de fonctionnement, et ensuite s’échapper – d’autant plus qu’il n’y avait pas de DRS jusqu’au 35ème tour.

LIRE LA SUITE : Horner félicite Perez et Verstappen pour avoir réalisé le premier doublé Red Bull en six ans.


Race-Plot-Stop-1.jpg

Le deuxième arrêt aux stands

Leclerc s’est arrêté à la fin du 49e tour, une décision que le directeur de l’équipe Mattia Binotto a qualifié de « bon choix », tout en niant que c’était pour le point de bonus du meilleur tour. Binotto a expliqué que Leclerc a été arrêté pour forcer Perez à s’arrêter et donner à la Ferrari une autre chance d’attaquer.

LIRE LA SUITE : Binotto s’attend à ce que l’avantage change « course par course » entre Ferrari et Red Bull.

Ce qui a coûté à Leclerc, ce sont ses in-laps – il a perdu 0,5s sur les tours 48 et 49 par rapport au tour 47. Il a perdu ce temps dans trois domaines :

  1. Au 48ème tour, Leclerc a fait plusieurs corrections de direction à l’entrée du virage 7, perdant environ 0.15s sur le tour précédent.
  2. Au 49ème tour, Leclerc a pris trop de vitesse dans le virage 5 et a perdu deux dixièmes par rapport au 47ème tour.
  3. Au 49ème tour, juste avant de rentrer aux stands, il perd encore un dixième en freinant trop tôt dans le virage 17.

En conséquence, Leclerc a perdu son avance sur Lando Norris à la sortie des stands au 50e tour.

En extrapolant le rythme de Leclerc (ligne rouge en pointillés ci-dessous) avant qu’il ne passe aux stands, on constate que le pilote Ferrari aurait pu devancer Norris s’il était passé aux stands au 51ème tour plutôt qu’au 49ème, et s’il avait pris la 3ème place et le meilleur tour. Dans ce cas, cependant, Perez aurait pu atteindre la P2 sans passer par les stands…

LIRE LA SUITE : Norris salue la performance « incroyable » de McLaren après des podiums consécutifs à Imola


Race-Plot-Stop-2.jpg

Le spin

Leclerc s’est arrêté au 49ème tour et est parti à la poursuite de Perez, qui a répondu à l’arrêt de la Ferrari un tour plus tard et a passé 0.415s de moins dans les stands.

La Ferrari a cependant rattrapé son retard, mais au 52ème tour, il a fait un tête-à-queue à Variante Alta et a heurté les barrières. Le tableau ci-dessous décompose cette séquence en six sections :

  1. Leclerc (ligne rouge) freine beaucoup plus tard qu’au tour précédent.
  2. Leclerc décélère moins vite
  3. La vitesse supplémentaire de Leclerc dans le virage lui permet de tourner plus tôt et de passer par-dessus la bordure d’entrée.
  4. La bordure entraîne une perte de vitesse significative
  5. Leclerc contre-braque
  6. La voiture heurte la barrière, et Leclerc doit rentrer aux stands une fois de plus.

TECH TUESDAY : Un regard sur les améliorations apportées par Red Bull et Mercedes à Imola, alors que la course de développement démarre.


annotR_LEC_52_53_Black.jpg

LIRE LA SUITE : J’étais trop gourmand – Leclerc regrette l’erreur qui lui a coûté le podium en Émilie-Romagne pour couronner une journée difficile pour Ferrari

« L’erreur, oui, c’est facile à faire. Bien sûr, il poussait fort pour essayer de se battre contre Checo mais… c’est douloureux, mais je pense qu’il le sait lui-même, vous savez, il n’a pas besoin d’entendre ça de qui que ce soit « , a déclaré Verstappen à propos de l’erreur de Leclerc.

Le leader du championnat a remonté de la neuvième place, où il est sorti après le ravitaillement, à la P6. Et Verstappen, qui s’est ensuite imposé avec 16,5 secondes d’avance, a maintenant réduit le déficit de 46 points à seulement 27.

1


Charles
Leclerc

Ferrari
86
2


Max
Verstappen

Red Bull Racing
59
Article précédentMercedes vise Miami pour les mises à jour essentielles de la F1
Article suivantLes dépassements dans le MotoGP moderne sont désormais « si difficiles » – Miller