Accueil Moto GP Crutchlow explique la « panique » qui a entravé sa course MotoGP au Japon

Crutchlow explique la « panique » qui a entravé sa course MotoGP au Japon

52
0

Le triple vainqueur de la course en est à la deuxième de ses six courses en remplacement d’Andrea Dovizioso, parti à la retraite, chez RNF Racing Yamaha.

Crutchlow s’est qualifié en 23ème position et a perdu encore plus de terrain à Motegi lorsqu’une alarme de moto l’a averti d’une basse température du pneu avant à la sortie du dernier virage sur le chemin de la grille, ce qui lui a fait oublier d’engager ses dispositifs de départ.

Récupérant la 15ème place, à seulement 19,2 secondes de la victoire, Crutchlow était « fier » de son résultat et pense qu’il aurait pu se battre pour le top 10 s’il s’était mieux qualifié et avait pris un meilleur départ.

« Vraiment heureux et fier de mon résultat, considérant que je suis arrivé sur la grille de départ et que j’ai eu une certaine alarme dans le dernier virage, que le pneu avant n’était pas dans la bonne gamme, » a commencé Crutchlow.

Lire aussi:  L'avenir de Quartararo en MotoGP "reste ouvert" alors que les frustrations de Yamaha continuent.

« J’ai paniqué et c’était si proche du dernier virage à la grille de départ que je n’ai pas appuyé sur les putains de dispositifs.

« Je n’avais aucun dispositif allumé, pas de contrôle de lancement, rien.

« J’ai pris un bon départ sans les dispositifs, mais j’ai perdu des places et j’étais déjà à l’arrière.

« Il m’a fallu beaucoup de temps pour dépasser les autres, mais quand je l’ai fait, j’étais aussi rapide que Jack. [Miller]. J’avais le rythme, mais je me suis qualifié à l’arrière, je n’ai pas appuyé sur les dispositifs de contrôle de lancement et je me sentais vraiment bien. »

Le Britannique a ajouté qu’une partie de ses problèmes en qualification est due au fait qu’il ne peut plus « faire les tours de piste à fond » nécessaires pour être rapide en MotoGP maintenant qu’il n’est plus pilote à plein temps.

Lire aussi:  MotoGP australien : Fabio Quartararo : "Le championnat est maintenant à égalité, mais je ne suis pas inquiet".

« Mon problème, c’est que j’ai dû partir de très loin, et ce qui se passe, c’est qu’avec la Yamaha, il vous faut trois tours pour dépasser un pilote, » a-t-il poursuivi.

« Au 12ème tour, je suis dans l’air libre, mais tous ceux que vous dépassez sont plus rapides que ceux d’avant.

« Nous rattrapions le groupe devant, mais j’aurais dû terminer huitième ou neuvième facilement si je m’étais bien qualifié et si j’avais pu m’échapper.

« Je me sentais bien en Aragon et je suis venu ici avec un sentiment positif déjà. Je savais vendredi que j’étais capable d’être rapide ce week-end, mais je ne peux pas faire ces tours à fond. [in qualifying] parce que je ne cours plus.

« Pol Espargaro a fait un 1m46s quelque chose, et ensuite fait un 1m44 le vendredi après-midi. C’est juste insensé pour moi. »

Article précédentMotoGP Thaïlande : Keith Huewen : Un défi de taille pour Danilo Petrucci chez Suzuki, le meilleur atout est le mauvais temps.
Article suivantCal Crutchlow après le MotoGP japonais : « Je n’ai pas appuyé sur les dispositifs f****** ! »