Accueil Formule 1 Brawn vise six courses de sprint en F1 en 2023

Brawn vise six courses de sprint en F1 en 2023

160
0

Brawn voulait initialement organiser six événements cette saison, mais après un débat avec les équipes sur le coût potentiel des dommages dans les limites du plafond budgétaire, il a été convenu de s’en tenir à trois sprints, comme l’année dernière.

Cependant, les sprints sont l’un des points à l’ordre du jour de la réunion de mardi de la Commission , où une augmentation à six courses de sprint pour l’année prochaine sera discutée une fois de plus.

Brawn espère qu’il pourra convaincre les équipes d’accepter ce plan.

« Mardi, nous voulons discuter de l’augmentation à six, donc nous aimerions avoir six courses l’année prochaine », a déclaré Brawn.

« Je pense que [the teams] peut voir le succès et je pense que nous ne savions pas vraiment où nous en étions l’année dernière avec les anciennes voitures, mais je pense qu’ils peuvent voir la façon dont cela alimente les nouvelles voitures, et la philosophie des nouvelles voitures.

« Je suis donc optimiste et je pense qu’ils verront tous la valeur de ce que nous donnons aux fans. Je pense que la chose que vous devez toujours vous rappeler à propos du sprint est qu’il vous donne un grand vendredi aussi. Nous avons les qualifications le vendredi, trois jours d’action pour les fans, donc nous ne pouvons pas ignorer cela. »

Brawn dit que la priorité la semaine prochaine est de se mettre d’accord sur un certain nombre de sprints pour 2023, plutôt que de discuter de tout changement de format.

Lire aussi:  Les améliorations apportées à la F1 de Mercedes pour le GP d'Espagne ont été repérées.

« Je pense que si nous essayons de mettre en œuvre trop de changements, ce que j’aimerais faire, c’est au moins régler six courses. Et puis après ces trois courses, nous pourrons voir s’il y a des développements de format que nous voulons faire. Mais je voudrais simplement passer à six courses, les mettre en place et les régler.

« Et puis, s’il y a des changements de format qui nous semblent valables, alors nous pourrons les envisager.

« Les six courses doivent être adoptées à la majorité simple. Tout changement de format à l’avenir devra être adopté à la supermajorité, donc huit équipes devront être d’accord. Donc, je pense que la chose importante est de faire la chose simple en premier. Ensuite, il sera peut-être possible d’évoluer encore plus à l’avenir. »

Brawn affirme que le passage aux points pour les huit premiers plutôt que pour les trois premiers du sprint a été une décision positive.

« Je veux dire, évidemment, c’est la raison pour laquelle nous l’avons fait, pour rendre les points plus précieux, plus attractifs en bas de la grille. Je pense que ce qui est bien, c’est que nous faisons à nouveau des essais en course, pour voir comment ça évolue.

« Je pense que nous pouvons appliquer à d’autres changements de format ou d’autres développements dans le sport, où nous pouvons prendre un petit nombre de courses, et évaluer le changement et voir comment il fonctionne. Et je pense que c’est une excellente façon d’aller de l’avant. »

Lire aussi:  Alfa Romeo : "Bon sentiment" de se battre contre le milieu de terrain de la F1 au lieu de la voiture médicale.

Brawn a insisté sur le fait que l’événement de samedi à Imola, qui a vu Max Verstappen dépasser Charles Leclerc pour la tête dans les derniers tours après que le pilote Ferrari ait souffert de grainage des pneus, a montré la valeur du format.

« Je pense que comme nous le savons tous, les pilotes de course sont des pilotes de course. Donc, toute pensée qu’ils allaient se ménager pour la course, je ne pense pas que c’était le cas. Je pense que nous avons eu de la chance, et les pneus étaient parfaits pour la course de sprint, parce qu’ils ont commencé à se dégrader.

« Et bien sûr, dans une course normale, le pilote serait entré dans les stands, aurait changé les pneus, tout est question de stratégie. Mais nous n’avions qu’une seule chance de faire la course et les pilotes devaient faire durer les pneus.

« Nous sommes très satisfaits de la course de vitesse, un grand divertissement, beaucoup de courses, beaucoup de dépassements.

« Nous avons démontré que les voitures peuvent suivre. Vous pouvez dire que c’était le DRS, mais vous ne pouvez pas utiliser le DRS à moins de monter à l’arrière de la voiture. Donc je pense que dans l’ensemble, c’était un grand succès. »

Article précédentLES FAITS MARQUANTS : Revivez l’action de la deuxième séance d’essais à Imola, où Mercedes se bat pour revenir.
Article suivantWATCH : Zhou chute au départ du Sprint en Émilie-Romagne