Accueil Formule 1 Binotto dit que la prolongation du contrat de Sainz est la clé...

Binotto dit que la prolongation du contrat de Sainz est la clé de la stabilité de Ferrari, et il soutient l’Espagnol pour rebondir après ses récentes erreurs.

199
0

Le directeur de l’équipe , Mattia Binotto, a révélé pourquoi il tenait tant à assurer l’avenir de Carlos Sainz, en affirmant que la prolongation de deux ans du contrat du pilote espagnol – qui le gardera dans l’équipe au moins jusqu’en 2024 – était la clé de la stabilité future de la Scuderia.

Il a été annoncé jeudi à Imola que Sainz et Ferrari s’étaient mis d’accord sur la prolongation de son contrat, ce qui lui permettra de rester chez Scuderia au moins aussi longtemps que son coéquipier Charles Leclerc, qui a signé son propre contrat à long terme fin 2019.

Lire aussi:  Le "zéro" autrichien de Sainz est survenu alors qu'il reprenait espoir pour le titre de champion de F1.

ANALYSE : Pourquoi Ferrari a décidé de verrouiller Sainz avec un nouveau contrat ?

Et lorsqu’on lui a demandé pourquoi il avait voulu prolonger le contrat de Sainz, Binotto a répondu : « Tout d’abord, nous sommes très heureux de lui, de la façon dont il s’est intégré dans l’équipe, de ses performances et je pense simplement qu’il répond aux attentes.

« Je pense que nous sommes très, très heureux et c’était le bon moment pour regarder en avant, pour regarder en avant et je pense qu’en renouvelant et en prolongeant, c’est comme donner la bonne stabilité à l’équipe aussi.

Lire aussi:  Pourquoi le tracé unique de Bahreïn allait toujours rendre difficile la tâche de Verstappen pour renverser Leclerc.

« Nous savons que nos pilotes sont confirmés jusqu’à la fin de 2024 et nous pouvons construire sur cette base. Et je pense qu’en tant que Ferrari, notre principal objectif est vraiment d’essayer de créer les fondations pour l’avenir, et avec ce line up, je pense que c’est le mieux que nous puissions faire. »


L’équipe de Ferrari est maintenant prête jusqu’en 2024.

Après l’annonce du contrat, Sainz a bousillé sa réputation lors des qualifications à Imola, en s’écrasant dans les barrières en Q2, tandis que son coéquipier Leclerc s’emparait de la deuxième place sur la grille pour le Sprint.

Bien que l’incident soit survenu après son accident au Grand Prix d’Australie, Binotto a déclaré qu’il ne pensait pas que Sainz devait surmonter un problème particulier – bien que le patron de l’équipe ait concédé que la pression d’avoir une voiture qui pourrait lui permettre de remporter le titre avait peut-être affecté les performances de l’Espagnol.

LIRE LA SUITE : La voiture m’a surpris », dit Sainz, alors qu’il réfléchit à son coûteux accident de qualification à Imola.

« Je ne pense pas qu’il y ait de problèmes « , a déclaré Binotto. « Il a certainement besoin de s’adapter. Je pense qu’il a fait quelques erreurs qui sont importantes mais néanmoins, je pense qu’il s’améliore, il va de plus en plus vite et si je regarde hier, quand il conduisait, il conduisait vraiment vite. Et c’est dommage, parce que quand il est sorti, je pense que ce n’était pas le bon moment pour pousser à la limite – il le sait très bien.

Qualifications du GP d’Émilie-Romagne 2022 : Carlos Sainz s’écrase en Q2

 » Je pense que c’est une question de gestion de la pression ; c’est peut-être la première fois de sa carrière qu’il a une voiture assez rapide pour se battre pour les meilleures positions et il doit simplement s’y habituer. Mais il le fera très rapidement car je sais à quel point il est intelligent et capable de gérer la pression. »

LIRE LA SUITE : 5 choses que nous avons apprises de la course de vendredi au Grand Prix d’Émilie-Romagne

En raison de son accident – qui s’est produit après qu’il ait réalisé un temps suffisant pour être en Q3 – Sainz commencera le Sprint de samedi en P10 provisoire, et cherchera à rattraper les positions avant le Grand Prix d’Émilie-Romagne de dimanche.

Article précédentM-Sport demande un pneu humide plus résistant pour le WRC après les crevaisons en Croatie.
Article suivantLe patron de Haas, Steiner, dit qu’il veut que les pilotes « foncent » et prennent des « risques calculés » en Sprint.