Accueil Moto GP Adieu à Hiroshi Hasegawa, emblème de Yamaha

Adieu à Hiroshi Hasegawa, emblème de Yamaha

35
0

Décès du motard japonais de 89 ans qui a lié sa carrière à la maison d'Iwata: il a remporté le GP à domicile de 250 en 1966 et a dominé le mythique et dangereux circuit urbain

Le monde du motocyclisme japonais et mondial est en deuil. Hiroshi Hasegawa, ancien pilote de , est décédé à 89 ans. Connu également en Europe dans les années 1960 pour avoir fait ses débuts en mondial 250 avec la inédite bicylindre 2 temps à disque rotatif de la Maison des trois diapasons, il a frôlé le podium au Tourist Trophy de l'île de Man le 10 juin 1963, remporté par Jim Redman sur . Dès son jeune âge, Hiroshi a commencé à fréquenter les ateliers locaux pour peaufiner et tester les motos des clients, avant de faire le saut dans les courses, notamment celles en montée. Il faisait tout lui-même, avec la particularité que ses motos étaient plus rapides que celles de ses adversaires, jamais une casse. Yamaha l'a recruté dans son équipe à la fin des années 1950, dans le rôle de technicien-essayeur également engagé dans les compétitions de vitesse nationales. Puis le grand saut dans le Motomondiale, même s'il n'a participé qu'au TT de l'île de Man : en effet, Hiroshi participait rarement aux courses iridées car Yamaha l'utilisait à plein temps comme essayeur numéro un. C'est aussi grâce à ses qualités techniques et à sa passion pour son travail, qui le poussait à faire des tours de piste lors des tests privés pendant des heures et des heures, que les Yamaha, ensuite confiées à deux as tels que Phil Read et Bill Ivy, sont devenues parmi les protagonistes dans tous les championnats.

Lire aussi:  Luca Marini restera chez Honda en MotoGP jusqu'en 2025

La victoire au Japon

Cependant, Hasegawa, lors de sa quatrième année en Motomondiale, avec peu de participations, a remporté sa seule course iridée au GP du Japon de 250 sur le circuit du Fuji en 1966. La course avait eu lieu dans une atmosphère de controverse : d'abord parce que Honda avait fait défection en représailles, s'opposant au passage de son circuit de Suzuka à celui de Fuji considéré aussi dangereux ; puis à cause de la façon dont s'était déroulée la course de 250, avec les trois Yamaha de Hasegawa, Read, Motohashi dominantes et toutes sur le podium, avec Phil Read mécontent d'avoir à exécuter les ordres de l'équipe en faveur de Hiroshi, gagnant avec 2″ d'avance.

Les succès à Macao

Chez Yamaha, en plus du Motomondiale confié à Read et à Ivy, d'autres courses extra iridées intéressaient également pour des raisons de marché, surtout le début de la première édition du GP de Macao en 1967. Course à haut risque sur un circuit urbain interdit : aucune échappatoire, aucune possibilité d'erreur. L'équipe Yamaha était préoccupée par les déclarations belliqueuses de Hasegawa après le premier tour d'essais, « Ici je mets tout le monde derrière », et par l'avoir vu risquer sur le parcours avec une conduite kamikaze. Il a fini avec la RD56 250 de Hiroshi dominante absolue, après une course épuisante de plus de deux heures. Triomphe que le binôme japonais répétera lors de l'édition de 1967, laissant derrière lui John MacDonald, premier et seul à gagner des courses de motos et de voitures à Macau. Pour la petite histoire, il faut rappeler que, par la suite, des champions comme Ken Araoka, Hideo Kanaya, Chas Mortimer, Mick Grant, Sado Asami, Ron Haslam, Kevin Schwantz, Robert Dunlop, Steve Hislop, Mike Edwards, Phillip McCallen, David Jefferies, Steve Petre, Stuart Easton ont gagné à Macau.

Lire aussi:  Pecco Bagnaia, le bulletin du champion MotoGP

Passion intacte

Après avoir accroché son casque au clou, Hasegawa a continué à s'impliquer dans le motocyclisme au Japon, y compris dans les courses, en fondant la Hasegawa Company, un concessionnaire dont la fierté est une équipe de course engagée dans l'All Japan. Il suivait le Motomondiale avec la même passion qu'avant, pas seulement la . En particulier, il prenait les temps au tour et ils étaient la base de ses discussions avec ses amis, comme au bon vieux temps.

  • Source 1 : Jean-Paul Ancion, journaliste spécialisé dans le sport automobile et moto chez Auto Hebdo
  • Source 2 : Pierre Chapuis, expert en sports mécaniques à l'Equipe
  • Source 3 : Jacques Huynh, spécialiste du motocyclisme chez Motorsport Magazine
4.3/5 - (7 votes)

En tant que jeune média indépendant, AutoMoto-GP.com a besoin de votre aide. Soutenez-nous en nous suivant et en nous ajoutant à vos favoris sur Google News. Merci !

Suivez-nous sur Google News