Accueil Indycar 2022 Writers’ Roundtable, Vol. 38 : Le moment magique de Jimmie ?

2022 Writers’ Roundtable, Vol. 38 : Le moment magique de Jimmie ?

55
0

Note : Cette semaine, la table ronde accueille son nouveau membre, Joey Barnes, qui a rejoint INDYCAR et Indianapolis Motor Speedway en tant que responsable du contenu éditorial et numérique. Les fans à l’œil vif et à la mémoire vive se souviendront des excellentes contributions de Joey à INDYCAR.com en tant que rédacteur indépendant de 2016 à 19.

La question du jour : Quel est le moment dont vous vous souvenez le plus des deux saisons de Jimmie Johnson dans la NTT INDYCAR SERIES ?

Curt Cavin : Je reviens en octobre dernier lorsque Jimmie et Romain Grosjean ont passé leurs tests de débutants à Indianapolis Motor Speedway. Jusque là, Jimmie n’avait piloté des voitures Indy que sur des circuits routiers et des circuits de rue, et il n’avait excellé dans aucun des deux cas – il ne s’était jamais qualifié dans le top 20 ni n’avait terminé une course dans le top 15. Mais ce jour-là, à l’IMS, il était de retour dans sa zone de confort, et il aimait beaucoup cela parce qu’il pouvait raconter son expérience et donner à son équipe un feedback approprié. Il est important de noter que Jimmie a très rarement, voire jamais, montré sa frustration de ne pas atteindre le niveau qu’il a atteint en NASCAR, mais ce jour d’octobre, il avait l’air et se sentait comme le grand de tous les temps qu’il est, et il n’aurait pas pu être plus heureux. Il a également apprécié l’opportunité de conduire une voiture Indy sur les terres sacrées, ce que j’ai apprécié.

Lire aussi:  Daly envisage le doublé Brickyard après des débuts mouvementés en Cup

Joey Barnes : Il y a beaucoup de choses à choisir, y compris cette solide performance de qualification en mai qui lui a permis d’entrer dans le top 12 pour la 106e course de l’Indianapolis 500 présentée par Gainbridge. Cependant, je dois me contenter de sa charge tardive dans la XPEL 375 plus tôt cette saison au Texas Motor Speedway, où il a grimpé jusqu’à la cinquième place avant de se contenter de la sixième place pour son premier résultat dans le top 10 de la NTT INDYCAR SERIES, qui a également servi de début officiel sur un ovale. L’impression définitive que j’ai laissée, c’est lorsque je me trouvais sur la route des stands et que j’ai vu Johnson et Scott Dixon, son coéquipier de l’écurie Chip Ganassi Racing avec qui il s’est mesuré sur l’ovale de 1,5 mile, partager un moment pendant les activités d’après-course. Il y avait une expression de soulagement – une récompense, si vous voulez – sur le visage de Johnson après avoir réussi à montrer quelque chose de positif dans la transition difficile, et parfois humiliante, de la NASCAR. De plus, c’est fou de penser que nous avons vu un septuple champion de NASCAR Cup Series aller roue contre roue avec un sextuple champion de NTT INDYCAR SERIES en la personne de Dixon. Il s’agit certainement d’un moment historique, que nous ne reverrons peut-être jamais.

Lire aussi:  Castroneves rejoint "le club" avec sa quatrième victoire à l'Indy 500

Paul Kelly : Cela peut sembler étrange, mais le moment qui restera toujours gravé dans ma mémoire à propos de la carrière de Jimmie Johnson dans la NTT INDYCAR SERIES en 2021 et 2022 est survenu alors qu’il n’était même pas dans sa combinaison de pilote ou attaché à la Honda n°48 de Carvana Chip Ganassi Racing. C’est en mai 2021 que Johnson n’a pas participé aux 500 miles d’Indianapolis présentés par Gainbridge, mais a travaillé comme analyste pour l’équipe de télévision de NBC pour « The Greatest Spectacle in Racing ». Johnson s’est immédiatement passionné pour le mois de mai – il a « compris Indy » dès les premiers tours de roue des essais. Et on pouvait voir, lors de ses passages à la télévision, qu’il était rongé par l’envie de ne pas être dans une voiture et de courir avec 32 autres pilotes à 230 mph sur le circuit le plus célèbre du monde. J’ai su à ce moment-là qu’il avait réussi la transition mentale de la NASCAR et qu’il était prêt à participer au programme complet de la NTT INDYCAR SERIES en 2022, y compris ses débuts en Indy 500.