Accueil Indycar 2022 Writers’ Roundtable, Vol. 16 : Ouvrir le test de la curiosité...

2022 Writers’ Roundtable, Vol. 16 : Ouvrir le test de la curiosité ?

236
0

La question du jour : Quelle est votre plus grande curiosité concernant les essais libres des 500 km d’Indianapolis les 20 et 21 avril ?

Curt Cavin : Je pense que je peux parler au nom de tous en disant qu’il sera intéressant de voir comment Jimmie Johnson se positionne par rapport à ce qui constitue un champ complet de concurrents, en particulier le plus expérimenté d’entre eux. Je suppose qu’il sera relativement haut sur la feuille de temps, étant donné l’expérience et les performances passées de Chip Ganassi Racing, ainsi que sa propre connaissance de l’Indianapolis Motor Speedway grâce à ses 18 départs au Brickyard 400 de NASCAR. Évidemment, ce test n’aura pas le même niveau de pression que les essais officiels, qui commencent mardi 17 mai, et ne sera donc pas un véritable indicateur de sa position, mais il offrira un aperçu. Est-il dans le top 5 ? Dans le top 10 ? Quelque part au milieu ? Comme je l’ai dit à maintes reprises au cours de l’année écoulée, Jimmie est un observateur fascinant dans cette aventure de deux ans du INDYCAR SERIES, et cela continue cette semaine.

Zach Horrall : J’ai jeté mon dévolu sur l’équipe Penske, et sur Josef Newgarden en particulier. L’organisation a admis ne pas avoir été aussi bonne sur le célèbre circuit ces deux dernières années que par le passé, et les pilotes de l’équipe Penske n’ont pas hésité à admettre que c’est sur ce circuit qu’ils ont travaillé pendant l’intersaison. Alors, cela portera-t-il ses fruits ? Si Newgarden, Will Power et Scott McLaughlin se classent dans le top 5 ou le top 10, je pencherai pour le oui, même si nous n’aurons pas une image plus complète avant un mois ou deux. Mais plus précisément, je veux voir la vitesse de Newgarden sur l’ovale de 2,5 miles. C’est vraiment la seule chose qui reste sur son CV qu’il doit accomplir. Je suis parfois surpris qu’il n’ait pas gagné l’Indy 500, compte tenu de tout ce qu’il a gagné. De plus, après avoir remporté deux fois de suite la NTT INDYCAR SERIES cette année, dont le prestigieux Acura Grand Prix de Long Beach, je commence à croire que cette année pourrait être spéciale pour Newgarden. Est-ce que cette année spéciale inclut la possibilité de rayer l’Indy 500 de sa liste ? Je pense que nous sommes sur le point de le découvrir.

Lire aussi:  La vision du centre-ville dévoilée pour le Grand Prix Chevrolet de Détroit

Paul Kelly : Je ne regarde pas les pilotes, je regarde les moteurs. Quel moteur aura le dessus cette année à Indy en termes de vitesse pure, Chevrolet ou Honda ? Ces deux dernières années, Honda a dominé les qualifications du « plus grand spectacle de la course ». Les moteurs HPD ont propulsé sept des neuf places des trois premières rangées en 2021 et huit des neuf en 2020, et sont entrés dans la voie de la victoire les deux années avec Takuma Sato en 2020 et Helio Castroneves en 2021. Mais le pendule semble être revenu dans la direction du Bowtie jusqu’à présent dans la saison 2022 de la NTT INDYCAR SERIES, puisque les pilotes équipés de Chevrolet ont remporté les trois courses et ont obtenu le prix NTT P1 pour la pole à deux reprises. Bien sûr, le succès à Indy est plus important que la puissance pure. Des facteurs tels que les réglages, la stratégie et la consommation de carburant sont essentiels. Mais de nombreux chevaux sont nécessaires sur le circuit le plus rapide de la série, sans doute plus que partout ailleurs, et je suis fasciné de voir comment les moteurs se positionnent après deux jours d’essais.

Lire aussi:  Beaucoup d'intrigue pour la finale du Challenge iRacing INDYCAR à Sebring

Article précédentComment la confiance de M-Sport en Loubet a conduit à un sursis en WRC après une année 2021 désastreuse.
Article suivantMercedes se prépare à un week-end « difficile » au Sprint d’Imola.